Aucun avantage à utiliser des semences paysannes dans l’agriculture moderne

Nous traduisons le point de vue d’une agricultrice américaine, Michelle Miller, sur l’utilisation des semences paysannes, ces semences reproductibles, sur l’agriculture moderne.


Nous proposons le point de vue d'une agricultrice, Michelle Miller, sur l'utilisation des semences paysannes, ces semences reproductibles, sur l'agriculture moderne.

Je vis et je cultive avec mon petit ami, un agriculteur de 5e génération, dans une ferme de 2 000 acres dans le nord-est de l’Iowa. Ensemble, nous élevons des moutons et des bovins et nous cultivons de l’avoine, de la luzerne, du maïs OGM et du soja.

  • 1 acre (unité anglo-saxonne) = 0,404686 hectare
  • 1 boisseau = 35,23 kg

En tant qu’agriculteurs, je pense que nous avons tout entendu. De nos jours, moins de 2 % de la population de l’Amérique du Nord sont des agriculteurs. Comparez cela à 1930 où 21 % l’étaient (et la population était beaucoup plus petite) et il est facile de comprendre le décalage actuel entre les agriculteurs et les consommateurs. La grande majorité des gens sont des générations retirées de la ferme.

Décalage entre l’agriculture et l’opinion publique

Étant donné qu’un si petit nombre de personnes produisent réellement la nourriture que nous mangeons, il peut être facile pour les voix des agriculteurs de se perdre dans le brouhaha médiatique. Quand vous essayez de rechercher des informations sur les pratiques agricoles modernes, il peut être très difficile de déchiffrer le fait de la fiction. C’est pourquoi j’ai lancé mon blog, Farm Babe, pour éduquer les gens sur les pratiques agricoles modernes, ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons. Et souvent, les agriculteurs modernes lèvent les yeux au ciel quand ils lisent les informations sur l’agriculture moderne et les mythes entourant les OGM.

Ferme américaine de maïs dans les années 1930

Ferme américaine de maïs dans les années 1930

J’aimerais en parler aujourd’hui et c’est le mythe des semences paysannes (le fait de pouvoir replanter ses propres semences). J’ai entendu maintes et maintes fois que les agriculteurs conventionnels sont obligés de cultiver des OGM et des entreprises comme “Monsanto tordent les bras des fermiers” avec le contrôle des entreprises et ne permettent pas aux agriculteurs qui achètent leurs semences, OGM et conventionnelles, de les replanter et cela inclut les agriculteurs bio dont beaucoup achètent leurs semences auprès de grandes entreprises agricoles.

Voici quelques-uns des milliers d’exemples qu’on peut trouver sur le web provenant de sites militants ou d’ONG et même parfois dans certains médias réputés, qui présentent cette désinformation comme un fait.

Le genre d'article qui attaque systématiquement des entreprises comme Monsanto et l'agriculture moderne - Source : http://lautjournal.info/articles-mensuels/175/monsanto-veut-forcer-les-agriculteurs-acheter-ses-semences-steriles

Le genre d’article qui attaque systématiquement des entreprises comme Monsanto et l’agriculture moderne – Source : http://lautjournal.info/articles-mensuels/175/monsanto-veut-forcer-les-agriculteurs-acheter-ses-semences-steriles

Oui, les règles du jeu ont changé, mais ce n’est pas à cause de Big Bad Ag. Il est vrai que les agriculteurs, qui achètent des semences brevetées, utilisées aussi bien par les agriculteurs bio que conventionnelles, signent des accords et acceptent de ne pas conserver de semences, mais ce n’est pas un problème pour les agriculteurs modernes.

Les exigences de l’agriculture moderne

Dans les années 1920, une famille d’agriculteurs pouvait généralement traiter un acre par jour. Ils le cultivaient, le récoltaient et le chargeaient dans le chariot. Les agriculteurs choisissaient les meilleurs épis pour en faire des graines. Mais il n’y avait pas beaucoup de variété génétique et les traits ne se reproduisaient pas. Les agriculteurs étaient chanceux s’ils pouvaient obtenir 25 à 30 boisseaux de maïs vendable par acre. (Un boisseau équivaut environ à 35 kg.)

Au début des années 1930, les premières graines de maïs hybrides sont devenues disponibles. Les semences de maïs hybrides OGM sont apparues sur le marché en 1996. Aujourd’hui, en utilisant des semences hybrides brevetées (dont la plupart sont génétiquement modifiées, mais dont beaucoup sont vendues à des agriculteurs bio) qui doivent être achetées chaque année, un producteur de maïs américain produit en moyenne 168,4 boisseaux par acre et de nombreux agriculteurs dépassent les 200 boisseaux selon l’USDA.

Les agriculteurs modernes aux États-Unis, en Europe et dans la plupart des pays développés ne conservent pas les semences pour diverses raisons. En général, les fermes modernes sont beaucoup plus grandes. L’échelle actuelle de l’économie agricole n’a absolument aucun sens pour les semences paysannes. C’est cher, cela prend beaucoup de temps et il y a beaucoup de variétés génétiques et le fait de replanter les semences ne garantit pas la germination.

De meilleures semences chaque année

Les agriculteurs sont des hommes d’affaires. Nous n’achèterions jamais de semences hybrides chaque année si le coût supplémentaire n’était pas supérieur au rendement de la vente de maïs. Et nous ne sommes liés à aucune entreprise semencière, car chaque achat est juste pour l’année en cours. Aujourd’hui, quand nous choisissons des semences, nous travaillons avec des représentants de semences et des conseillers en cultures pour prendre des décisions. Nous pouvons choisir entre des centaines de sociétés de semences et des milliers de variétés différentes. Il n’est pas rare de planter 5 ou 6 variétés différentes, souvent fabriquées par des entreprises différentes, dans une ferme. Sur les nôtres, nous plantons 4 cultures différentes sur 750 acres pour uniquement le maïs.

L'augmentation du rendement concernant le maïs avec la génétique

L’augmentation du rendement concernant le maïs avec la génétique

Nous plantons environ 35 000 graines sur un acre ce qui donne plus de 200 boisseaux. Si vous faites le calcul, alors cela représente près de 27 000 000 graines. Qui a le temps pour récupérer plus de 27 millions de graines ?

Plus important encore, quand nous travaillons avec des représentants de semences, les conseils que nous obtenons sont extrêmement utiles. Il y a tellement de facteurs au moment de choisir les bonnes graines. La récolte précédente (rotation, méthodes de semis direct, cultures de couverture), le climat, le type de sol, le temps de maturité (temps de récolte), la pluviométrie attendue, etc. Quand nous effectuons une commande, ces graines sont proposées avec des garanties. Nous voulons la technologie. Nous voulons de meilleurs rendements. Nous voulons une germination garantie.

Une agriculture de pointe

Un autre avantage à l’achat de semences est l’assurance qualité et l’uniformité. Chaque graine subit un processus long et compliqué qui garantit l’uniformité de nos planteurs et de notre équipement. Chaque partie de notre planteur est attachée à un capteur lors de la plantation. Si l’une des graines est légèrement éjectée, alors il ne plantera pas la graine et la machine nous avertira sur l’écran d’ordinateur de nos tracteurs qu’il y a un problème.

Un champ de maïs, remarquez l'uniformité et l'homogénéité des plantes

Un champ de maïs, remarquez l’uniformité et l’homogénéité des plantes

Ensuite, on a la récolte. Avez-vous déjà remarqué quand vous regardez un champ de maïs que chaque plante est très similaire aux autres ? L’uniformité avec la même hauteur, placement de l’épi et taille. Tout est précis. Tout est garanti. Tout est uniforme pour assurer une récolte en douceur à travers la moissonneuse-batteuse et l’équipement. Chaque culture passe par des niveaux de qualité et d’inspection avant d’être vendue et cette uniformité est donc très importante. Quand vous utilisez des graines anciennes, cette uniformité est rare et les chances de germination ne sont pas élevées.

Les dérives sectaires des activistes anti-OGM

Certains activistes ont transformé les agriculteurs utilisant des semences paysannes, en une sorte de secte. Vandana Shiva, qui s’oppose à la technologie moderne dans l’agriculture, est particulièrement critique. Les semences paysannes sont motivées par l’éthique de défendre l’évolution de la vie selon Shiva. Pourtant, les paysans des pays en développement abandonnent rapidement ce type de semences parce que les avantages, des rendements plus élevés, dépassent de loin le coût marginal annuel supplémentaire de l’achat de semences brevetées plus fiables. Et avec l’augmentation du taux d’adoption et après des années de stagnation, les rendements agricoles augmentent un peu partout dans le monde.

En conclusion, dans le monde agricole, il est très facile pour nous de voir la nécessité d’acheter de nouvelles semences chaque année. Ce n’est pas différent si vous cultivez du bio ou du conventionnel. Nous voulons la technologie, nous aimons travailler avec des représentants de semences et nous apprécions les conseils d’experts.

Si nous utilisions des semences paysannes, alors elles ne germeraient pas et la plantation ainsi que la récolte seraient un cauchemar. Nos rendements seraient bien pires qu’ils ne le sont aujourd’hui. Personne n’a le temps et l’énergie de s’asseoir et d’économiser des dizaines de millions de graines chaque année, cela n’a aucun sens. Espérons que cela aidera plus de gens à comprendre le mythe de la conservation des semences et pourquoi cette pratique est obsolète depuis plus de 80 ans. La qualité, la germination, l’uniformité et la technologie sont toutes des nécessités très importantes pour la ferme moderne.

Traduction d’un article de Michelle Miller sur Genetic Literacy

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef, webmestre et blogueur, précaire comme tout blogueur qui se respecte.

Pour me contacter personnellement :

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Aucun avantage à utiliser des semences paysannes dans l’agriculture moderne"

avatar
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Mathieu
Invité

Bon article, mais les semences paysannes peuvent avoir leur utilité, mais il est vrai qu’elles ne sont pas pertinentes dans l’agriculture moderne à grande échelle. Ce qui m’horripile le plus est que de nombreuses ONG nous font croire que ces semences vont révolutionner l’agriculture moderne et combattre Monsanto. Cela peut être utile pour du jardinage ou des petits potagers personnels, mais clairement pas dans une agri mondialisée.

Olivier
Invité
Si l’on se place exclusivement sur le plan économique, les semences hybrides et OGM présentent sans doute des avantages comparatifs. Néanmoins, d’une part, si cela était si rentable, pourquoi l’agriculture moderne en Europe dépend-t-elle à ce point des aides de la politique agricole commune ? D’autre part, le critère économique est-il le seul à entrer en lice pour apprécier les performances de l’agriculture ? Le changement climatique, la perte de biodiversité, la pollution des nappes phréatiques, la perte de fertilité des sols, l’endettement des agriculteurs, la diminution continue du nombre de producteurs, la toxicité de tous ces pesticides dont on… Read more »