Du glyphosate dans l’urine ? Fraude et conflits d’intérêts

Une étude en octobre 2017 montrait des résidus de glyphosate dans l’urine. Aujourd’hui, un article montre à quel point cette étude était merdique à tous les points de vue.


12019 / Pixabay

En octobre 2017, une étude a été publié dans la revue JAMA. Elle prétendait trouver du glyphosate dans l’urine en montrant les risques pour la santé. Aujourd’hui, un article par Hank Campbell publié sur l’American Council for Health and Science, montre toute la stupidité de cette étude et qu’elle doit être rétracté. Je ne vais pas pointer les erreurs méthodologiques de l’étude, car il y a en a trop et surtout que des études indépendantes montrent qu’on ne détecte aucun résidu significatif de glyphosate dans le corps humain.

Le problème est que des médias comme le Time ont relayé cette étude sans faire la moindre recherche et ils ont cité Paul Mills comme un expert. Paul Mills a obtenu son diplome de la Maharishi University of Management dans l’Iowa qui vous enseigne des concepts aussi foireux que le yoga et la méditation transcendantale. Et il y a un conflit d’intérêt manifeste, car Mills a oublié de préciser qu’il avait lancé un financement participatif pour proposer des tests gratuits de glyphosate en échange d’un don de 130 dollars (relisez bien cette phrase). Notez aussi que la revue JAMA a corrigé ce conflits d’intérêt près de 6 mois plus tard après la publication de l’étude et le mal était déjà fait. Un mec, qui diabolise le glyphosate dans une étude, veut proposer des tests de glyphosate à 130 dollars la pièce ? Ca sent les Portiers Papers à plein nez.

Et que ce test serait réalisé par les laboratoires du Health Research Institute (HRI). Le Dr John Fagan, un autre auteur de l’étude avait indiqué qu’il était associé au HRI qu’il avait promu comme une association à but non lucrative, mais il a oublié de préciser qu’il était le fondateur, le président du conseil et le scientifique senior des laboratoires HRI. Ces laboratoires proposent un programme de recherche scientifique citoyenne où les participants effectuent un sondage sur leur mode de vie et d’alimentation, offrent un échantillon d’urine pour un test pour le glyphosate pour un cout de 99 dollars par échantillon. Il suffit d’aller voir le site de HRI pour voir qu’ils proposent des tests personnalisés de glyphosate. En jargon des marchands de peur et des escrocs, cela signifie qu’ils vont frauder les résultats de vos échantillons, que vous avez payé, pour montrer que Oh Mon Dieu ! Vous avez du glyphosate dans le corps et vous allez crever.

Et s’ils ont fait les sagouins avec de simples conflits d’intérêts, alors imaginez simplement l’étude de merde qu’ils ont produite. La revue JAMA est très critiqué par les scientifiques, car elle publie tout et n’importe quoi. Une correction 6 mois plus tard ne suffit pas, cette étude doit être rétractée. Et il est normal de trouver de très faibles résidus de glypho dans la pisse, sales cons, car c’est par là que les déchets sont évacués. C’est un cas américain, mais en France, Générations Futures, alias, saloperie pseudoscientifique, fait de même avec la même propagande de l’urine dans le glypho et le pire est que ce sont des sites comme Science et Avenir qui relaient ces bobards.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 1,00 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et blogueur dans la vulgarisation scientifique.

Depuis plusieurs années, la science est attaquée de tous les cotés. Les vaccins, les pesticides, les OGM, mais également sur le plan de la politique. Marre d'entendre des âneries sur les médias de masse, j'ai décidé de lancer ce blog pour critiquer tous ces attaques incessantes sur la science. Je parle de l'agriculture comme des lois liberticides ou des pseudosciences.

Je ne prétend pas être un expert dans les domaines et considérez plutôt mes articles comme une opinion éclairée, mais personnelle sur des sujets qui sont souvent assombris par les marchands de peur et la pseudoscience. Mon ton peut être cassant et tranchant, car cette plume canalise une colère souvent justifiée.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *