L’agriculture bio à grande échelle ? Nocive pour les habitats naturels

Avec une valeur totalisant 82 milliards de dollars, l’agriculture bio prend de l’essor. Mais une étude, s’étalant sur 20 ans, montre que son application  à grande échelle est nocive pour les habitats naturels. Mais les biobobos refusent de voir cette réalité

 


loilamtan / Pixabay

Publiée dans la revue Annual Review of Resource Economics, cette étude s’est étalé sur 2 décennies et elle a étudié l’impact de l’agriculture bio si on l’appliquait à grande échelle. Aujourd’hui, l’industrie de l’agriculture bio pèse aux alentours de 82 milliards de dollars dont une grande partie viennent des subventions gouvernementales. Mais les chercheurs de l’université de Goettingen ajoutent que l’agriculture bio possède quelques bienfaits dans certains domaines et que la meilleure approche est de combiner l’agriculture conventionnelle et bio. Et personne ne le nie, car certaines techniques de l’agriculture bio comme les zones de réserve ont permis de retarder l’apparition des insectes résistants aux produits phytosanitaires concernant les OGM sur une période de 20 ans.

Cette étude montre que l’agriculture bio est plus protectrice de l’environnement en se basant sur une unité de terre, mais elle est nocive en termes de rendement. Etant donné que l’agriculture bio est réputé pour ses rendements faibles, aux alentours de -15 à -20 % par rapport à l’agri conventionnelle, il est évident que si on continue de développer le bio, il faudra transformer plus d’habitats naturels en zones agricoles pour atteindre le même niveau de rendement que l’agri conventionnelle. L’agriculture bio est connu pour avoir des impacts faibles en entrée d’azote et elle capture mieux le carbone, mais elle compense négativement en utilisant beaucoup de carburant et de fumiers d’animaux. La conclusion des auteurs est que ces preuves sur 2 décennies montrent que l’agriculture bio n’est pas plus écologique que l’agri conventionnelle. Et c’est ce que je disais dans les mythes de l’agriculture biologique.

Mais tout n’est pas à jeter dans l’agri bio. Car comme elle utilise davantage de matière organiques que ce soit le fumier ou des substances végétales et qu’elle pratique une rotation plus fréquente des cultures, alors l’agri bio peut améliorer les sols. Concernant les pesticides, les substances de synthèses sont interdits dans le bio, mais l’agriculture biologique utilise des pesticides naturels comme le sulfate de cuivre peuvent avoir des impacts désastreux sur l’environnement et la santé des humains. L’agri bio peut être utile pour régler des problèmes très localisés comme l’amélioration des sols, mais faut l’oublier pour le changement climatique et les gaz à effet de serre. De plus, l’agriculture biologique contribue indirectement à une insécurité  alimentaire dans les pays pauvres, car les produits bio sont beaucoup plus chers ce qui fait les pauvres peuvent simplement regarder par la vitrine d’une boutique bio.

De plus, l’agriculture biologique se base intensivement sur le travail manuel et dans certains pays, ce travail est effectué par des membres de la famille, souvent des enfants qui, ainsi,  ne peuvent pas être scolarisés et le droit des femmes est souvent décapité, car dans les pays pauvres, c’est elles qui supportent toute la charge du travail. N’oublions pas que l’agriculture biologique est massivement subventionnée dans les pays riches en donnant une fausse impression de prix abordables et de rentabilité des fermes. Même avec un marché de 82 milliards de dollars, l’agriculture bio ne représente que 1 % de l’agriculture conventionnelle.

 

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 3,00 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et blogueur dans la vulgarisation scientifique.

Depuis plusieurs années, la science est attaquée de tous les cotés. Les vaccins, les pesticides, les OGM, mais également sur le plan de la politique. Marre d'entendre des âneries sur les médias de masse, j'ai décidé de lancer ce blog pour critiquer tous ces attaques incessantes sur la science. Je parle de l'agriculture comme des lois liberticides ou des pseudosciences.

Je ne prétend pas être un expert dans les domaines et considérez plutôt mes articles comme une opinion éclairée, mais personnelle sur des sujets qui sont souvent assombris par les marchands de peur et la pseudoscience. Mon ton peut être cassant et tranchant, car cette plume canalise une colère souvent justifiée.

Pour me contacter personnellement :

3 réponses

  1. Veillat dit :

    Cet article parcellaire et incomplet montre une profonde méconnaissance des bases agronomiques. Toutes ces contre vérités sont celles des adversaires de l’agriculture biologique car celle-ci remet profondément en cause le modèle productiviste actuel. Réduire l’agriculture bio aux sulfates de cuivre pour les accuser d’être polluante est idiot. Cela montre bien le peux d’arguments disponibles pour contredire ce mode de production alternatif et prometteur pour l’avenir bien incertain et compromis de l’humanité et surtout de la planète.

  2. Misrilou dit :

    L’agriculture bio n’a jamais été une alternative, mais il ne faut pas considérer les producteurs bio comme des profiteurs. En fait, le plus grand bénéficiaire du bio est la Grande Distribution qui se fait des marges de 50 à 70 % sur un produit bio comparé à un produit classique.

    Toutefois, certains passent au bio grâce aux subventions sur le bio, mais également pour proposer un autre mode de production.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *