Le Légionnaire d’automne nous rappelle que les OGM, c’est pas si dégueu

Alors que le Légionnaire d’automne, une espèce envahissante de chenille, dévaste l’Afrique et menace d’arriver en Europe, cela devrait inciter “certains” à considérer que les OGM, c’est pas si dégueu.


La chenille du Légionnaire d'automne Crédit : ANTONIO PALAZUELOS/FAO
La chenille du Légionnaire d'automne Crédit : ANTONIO PALAZUELOS/FAO

Le Légionnaire d’automne (Spodoptera frugiperda), dévaste l’agriculture africaine depuis plus de 2 ans. Cette espèce envahissante de chenille est originaire des Amériques et elle est arrivé en Afrique en 2016, probablement à bord d’un avion touristique. Le Légionnaire d’automne  ne fait pas la fine bouche, car il peut consommer plus de 80 espèces de plantes différentes même s’il affectionne principalement le maïs qui est l’une des principales agricultures au niveau mondial et la principale alimentation dans des pays comme le Kenya. L’Afrique est dévastée, des millions de tonnes de perte sur les rendements et les bénéfices et comme l’agriculture de l’Afrique est encore très archaique, une perturbation dans l’autonomie alimentaire balbutiante pourrait provoquer des famines sur tout le continent, merci à l’interdiction des OGM.

Une plante attaquée par le Légionnaire d'automne

Une plante attaquée par le Légionnaire d’automne

La femelle du Légionnaire d’automne peut parcourir plus de 96 km en une seule nuit ce qui lui a permis de ravager tranquillement 40 pays africains en l’espace de quelques années. Jusqu’à maintenant, les différentes douanes en Europe ont saisi et détruit cet insecte sur une quarantaine de semences mises en quarantaine, mais la migration naturelle fera que tôt ou tard, le Légionnaire d’automne arrivera en Europe et à partir de là, il va aussi proliférer en Asie. Le Légionnaire d’automne a besoin d’un climat assez chaud pour proliférer et donc, l’Italie sera une destination de choix ainsi que le sud de l’Espagne et en Angleterre, cette chenille pourrait avoir des conditions clémentes pendant les mois de l’été. La Vanessa, une espèce de papillon, est capable de traverser le Sahara et on ne voit pas pourquoi le Légionnaire d’automne ne pourrait pas faire la même chose.

Prolifération massive du Légionnaire d'automne, elle est belle, la nature...

Prolifération massive du Légionnaire d’automne, elle est belle, la nature…

Si le Légionnaire d’automne atteint l’Egypte, alors c’est toute l’industrie du coton du pays qui sera menacé et il y aura d’autres points d’entrée vers l’Europe via la Grèce et la Turquie. Vu l’impact dévastateur du Légionnaire d’automne, on pourrait croire que les Américains doivent crier famine, mais en fait non, des décennies de lutte,mais surtout l’utilisation des OGM a permis de lutter très efficacement contre le Légionnaire d’automne en Amérique du Nord.

Et on est dans une situation ironique où les Etats-Unis, région d’origine de cet insecte, sont à l’abri contre cette saloperie tandis que l’agriculture des pays européens, africains et asiatique, risque de passer un mauvais quart d’heure, car “il faut protéger la nature contre les innovations démoniaques de l’homme”.

La voracité du Légionnaire d'automne est telle qu'une seule chenille peut dévorer un épis entier de maïs en quelques jours

La voracité du Légionnaire d’automne est telle qu’une seule chenille peut dévorer un épis entier de maïs en quelques jours

Au début de 2017, les agriculteurs africains ont rapporté une perte de 10 milliards de dollars, car le Légionnaire d’automne a visé principalement les cultures de maïs, de canne à sucre, de sorgho et de riz. On a mentionné que la femelle du Légionnaire d’automne pouvait couvrir quasiment 100 km et chaque femelle peut pondre de 1 000 à 1 500 oeufs. Actuellement, la moitié de toute la production africaine du maïs est menacé par le Légionnaire d’automne.

Certains pesticides sont efficaces contre ce papillon, mais une grande partie des agriculteurs africains utilisent une culture de subsistance et ils n’ont pas forcément les moyens d’acheter des produits. Des semences résistantes restent une excellente solution, mais une grande partie de l’Afrique a banni les OGM sous la pression et la propagande des ONG et des associations. Si l’Afrique et l’Europe avait pris le train en marche des OGM avec les Etats-Unis, on n’en serait pas là.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (6 votes, moyenne : 3,50 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et blogueur dans la vulgarisation scientifique.

Depuis plusieurs années, la science est attaquée de tous les cotés. Les vaccins, les pesticides, les OGM, mais également sur le plan de la politique. Marre d'entendre des âneries sur les médias de masse, j'ai décidé de lancer ce blog pour critiquer tous ces attaques incessantes sur la science. Je parle de l'agriculture comme des lois liberticides ou des pseudosciences.

Je ne prétend pas être un expert dans les domaines et considérez plutôt mes articles comme une opinion éclairée, mais personnelle sur des sujets qui sont souvent assombris par les marchands de peur et la pseudoscience. Mon ton peut être cassant et tranchant, car cette plume canalise une colère souvent justifiée.

Pour me contacter personnellement :

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Mireille Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Mireille
Invité
Mireille

Bonjour, est-ce qu’on sait si cette espèce est déjà présente en France ? J’avais lu qu’elle était déjà présente dans certaines parties de la Grèce.