Un riz modifié par CRISPR augmente les rendements de 25 %

Des tests sur des champs avec des semences de riz, modifiés par CRISPR, permettent d’avoir une augmentation de 25 à 31 % dans certains cas.


Quangpraha / Pixabay

Une équipe de scientifiques de l’Université Purdue et de l’Académie chinoise des sciences a utilisé la technologie d’édition de gènes CRISPR-Cas9 pour développer une variété de riz produisant 25 à 31 % de grains de plus et qui est impossible à créer par des méthodes traditionnelles.

L’équipe, dirigée par Jian-Kang Zhu, éminent professeur au département d’horticulture et d’architecture de paysage de Purdue et directeur du Centre de biologie du stress végétal de Shanghai à l’Académie chinoise des sciences, a fait des mutations à 13 gènes associés à l’acide de phytohormone abscisique. Ce dernier est connu pour jouer un rôle dans la tolérance au stress des plantes et la suppression de la croissance.

Sur les plusieurs variétés créées, les chercheurs ont produit une plante qui avait peu de tolérance au stress, mais qui a produit 25 % de grains en plus lors d’un test sur le terrain à Shanghai en Chine et 31 % de plus lors d’un test sur l’île chinoise de Hainan.

Leurs résultats ont été publiés dans la revue PNAS. Vous ne pouviez pas faire ce type de mutations ciblées avec la sélection végétale traditionnelle. Vous pourriez faire des mutations aléatoires et essayer d’éliminer celles qui sont indésirables selon Ray A. Bressan de Purdue. Il aurait fallu des millions de plantes. Fondamentalement, ce n’est pas faisable. C’est un véritable accomplissement qui n’aurait pas pu être possible sans CRISPR.

Les semences par CRISPR sont la principale tendance en biotechnologie. Et on peut remercier le Département de l’agriculture aux États-Unis qui a donné le feu vert aux semences par CRISPR en estimant qu’il n’était pas nécessaire de les réguler, car le résultat est le même que la mutagenèse sauf que c’est plus rapide et facile. La Chine suit le chemin des Américains sur les semences par CRISPR et l’Inde pourrait faire également la même chose.

On peut penser que le Canada ou l’Australie suivront l’exemple des yankees pour ne pas se laisser distancer. Et pour l’Europe ? Comme d’habitude, c’est compliqué à cause des marchands de peur qui veulent diaboliser tout ce qui concerne la biotechnologie. Il est intéressant qu’une lueur d’espoir soit venue de la Cour européenne de justice dont l’avocat général a estimé que les semences par CRISPR n’ont pas besoin d’être régulées davantage par rapport aux normes européennes.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et blogueur dans la vulgarisation scientifique.

Depuis plusieurs années, la science est attaquée de tous les cotés. Les vaccins, les pesticides, les OGM, mais également sur le plan de la politique. Marre d'entendre des âneries sur les médias de masse, j'ai décidé de lancer ce blog pour critiquer tous ces attaques incessantes sur la science. Je parle de l'agriculture comme des lois liberticides ou des pseudosciences.

Je ne prétend pas être un expert dans les domaines et considérez plutôt mes articles comme une opinion éclairée, mais personnelle sur des sujets qui sont souvent assombris par les marchands de peur et la pseudoscience. Mon ton peut être cassant et tranchant, car cette plume canalise une colère souvent justifiée.

Pour me contacter personnellement :

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des