Canicule ou la sauce rance de l’écologisme climatique

L’écologisme climatique a permis de normaliser les discours les plus fascistes et les plus dangereux dans notre société. Sortez couvert, les fous pleuvent sur les têtes.


L'écologisme climatique a permis de normaliser les discours les plus fascistes et les plus dangereux dans notre société. Sortez couvert, les fous pleuvent sur les têtes.

Il fait chaud en été. C’est le scoop rabâché par les médias de masse depuis plusieurs semaines. La canicule, habituée bienheureuse de toute période estivale qui se respecte, fait fuire les uns sur les plages, mais cela fait ressortir les fous les plus dangereux de l’écologisme climatique.

Actuellement, le hausse de température liée au changement climatique est de 0,8 degrés et c’est le cas depuis plusieurs années. Cela signifie que tout température plus faible ou plus élevée est liée aux conditions locales. La France a eu sa part d’humidité très faible pendant cette dernière année et certaines régions ont souffert de stress hydrique important. Comme la météorologie est régie par la théorie du chaos, il est impossible de prédire les tendances météorologiques au bout de quelques jours.

Ce qui fait que les débiles profonds, qui nous disent que la canicule est la preuve du changement climatique est aussi con que de traiter les amygdales pour soigner le cancer du colon. Ces écolos sont aussi cons qu’un président bien connu qui appelle de tous ses voeux la chaleur du changement climatique quand son pays est touché par un vortex polaire.

Même dans un changement climatique avec une température à 2 degrés dans les prochaines décennies, vous pourrez toujours avoir des hivers très rudes et des étés doux, mais cela ne remet pas en cause le phénomène. Le souci est que certains ont en marre de voir les écolos, crier à tue-tête avec un air satisfait de la catastrophe à venir. Il est intéressant de voir que leur comportement est proche d’un adepte d’une secte qui se délecte avec des yeux pétillants alors que son gourou lui promet une mort atroce.

La contre-réaction est de ne pas croire au changement climatique, en tout cas, le facteur humain qui est un contributeur considérable. Des associations comme le climato-réalisme fleurissent dans tous les coins et pour moi, c’est une erreur. Ce n’est ni oui, ni non, mais il faut mesurer notre adaptation aux changements à venir.

Mais quand vous abandonnez la domination du discours écologiste à des adeptes sectaires et névrosés, alors vous pouvez tout avoir, sauf la modération et l’optimiste nécessaire face à ces défis. L’argument d’autorité fait loi dans l’écologisme et un Aurélien Barreau qui vient vous parler d’écologie, c’est comme un archéologue qui vient vous parler de votre sciatique, non seulement, c’est stupide, mais dangereux. L’écologisme climatique n’a aucune limite avec une espèce de flagellation perpétuelle envers la population occidentale qui est responsable de tous les maux.

Corinne Ellemeet, une député écologiste aux Pays-Bas a suggéré qu’il fallait arrêter de soigner les personnes de plus de 70 ans à cause du fardeau écologiste et économique. Damned, si elle avait 71 ans et souffrait d’une maladie chronique, elle aurait pu nous montrer l’exemple. A 27 ans près, elle passait à la postérité.

Il faut tuer les vieux, mais un bon génocide néo-malthusien climatique ne pourrait pas exister sans la stérilisation. Ainsi, des débiles estiment qu’il ne faut plus faire d’enfants… et qu’il faut accueillir les migrants. Sur le papier, ces idées sont défendues avec la bienséance qui se respecte par des médias autorisés. Dans le premier cas, il ne faut pas que la médecine outrepasse ses droits avec un acharnement thérapeutique et dans le second, il s’agit de ne pas aller vers une démographie galopante. Sauf que le malthuanisme original partait aussi sur de bonnes intentions, mais que cela a créé les lois les plus cruelles et les plus mortifères pour les pauvres.

Le malthusianisme possède un racisme sournois en son sein avec une régulation toujours plus stricte, à commencer par les rebuts de la société, autoproclamés comme tel par les puissants et ceux qui n’ont jamais eu à travailler de toute leur vie. Il est étrange que les promoteurs de ce courant ne s’incluent jamais dedans. Au moins, cela aurait créé un cercle vertueux. Quand vous stérilisez une population et que vous tuez les vieux, alors le meilleur ami du malthusianisme, le fascisme pointe le bout de son nez.

Les détracteurs de l’écologisme climatique sont voués à la damnation. On les imagine, bavant de rage, devant ces scientifiques qui leur disent que cela peut aller si nous faisons les bons choix. Comment cela pourrait-t-il aller si nous n’exterminons pas la moitié de la population mondiale et qu’on n’accueille pas des migrants à bras ouvert, avec le risque de l’augmentation de la xénophobie si on n’accepte pas ces choix de merde qui sortent tout droit par une période sombre de notre histoire et qu’on pensait morte et enterrée.

Les solutions existent, le nucléaire et les OGM pourraient nous aider à neutraliser une bonne partie des effets délétères du changement climatique à partir de 2100. Le nucléaire est une énergie totalement décarbonée (il y a un peu de carbone, mais c’est insignifiant). Et les OGM nous permettent de créer des semences adaptées en un temps record, notamment avec la révolution CRISPR que tous les pays adoptent à tour de bras sauf l’Europe. Est-ce que ce sera suffisant ? On l’ignore, car le futur est imprévisible par définition, mais je préfère des solutions, prouvées maintes fois par la science, que des collapsologues qui veulent juste avoir une bonne raison pour se suicider. Après tout, ils ambitionnent de devenir des John Connor.

Et croyez bien que même mort, les écolos ne vous lâcheront pas. Washington est le premier Etat à avoir légalisé le composting de cadavres. Ils considèrent que l’enterrement, par l’embaumement, propage des produits chimiques dans le sol (le formol par exemple) et que la crémation est émettrice de gaz à effet de serre. Avec ces discours racistes, fascistes et sectaires, je préfère être traité de climato-réalisme ou de climato-sceptique, car aujourd’hui, cela doit être une insulte d’être considéré comme un écologiste.

Homo sapiens a survécu sur cette planète, qui ne lui a fait aucun cadeau depuis 200 000 ans, l’écologie existe depuis à peine 100 ans. Je parie sur l’expérience de 200 000 ans que sur celle de 100 ans. Certes, le changement climatique va provoquer des morts. Mais je ne suis pas un égoïste pour dire moi, moi, moi, car j’ai confiance qu’Homo Sapiens survivra et cela me suffit.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et blogueur dans la vulgarisation scientifique.

Depuis plusieurs années, la science est attaquée de tous les cotés. Les vaccins, les pesticides, les OGM, mais également sur le plan de la politique. Marre d'entendre des âneries sur les médias de masse, j'ai décidé de lancer ce blog pour critiquer tous ces attaques incessantes sur la science. Je parle de l'agriculture comme des lois liberticides ou des pseudosciences.

Je ne prétend pas être un expert dans les domaines et considérez plutôt mes articles comme une opinion éclairée, mais personnelle sur des sujets qui sont souvent assombris par les marchands de peur et la pseudoscience. Mon ton peut être cassant et tranchant, car cette plume canalise une colère souvent justifiée.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.