France, nation de l’illettrisme scientifique

Nucléaire, OGM, glyphosate, agriculture, alimentation, vaccin, la France semble être bien partie pour devenir la nation de l’illettrisme scientifique par excellence.


Dans une époque pas si lointaine, la France émettait une lumière qui rayonnait dans le monde entier. Une lumière de la réussite scientifique et des décisions, mûrement réfléchies après des années de débat scientifique. Mais ce temps semble enterré dans un cimetière et l’atmosphère actuelle donne à la fois le frisson et le tournis, face à la déferlante de la haine et de l’obscurantisme en France. La science est difficilement acceptée. Il a fallu les années 70 pour comprendre l’importance de la relativité générale et les années 1980 pour qu’elle soit diffusé à grande échelle.

Les français sont contre tout et n’importe quoi

Dans de nombreux pays, la science est mise à mal, mais la France, depuis une vingtaine d’années, est devenue la triste championne d’une attaque sur tous les fronts scientifiques alors que le consensus scientifique est clair comme le cristal.

  • 81 % des Français sont pour l’interdiction du glyphosate – 99 % des études scientifiques et des agences sanitaires estiment que le glyphosate ne représente pas un danger dans les doses autorisées.
  • 79 % des Français sont inquiets face aux OGM – 90 % des études scientifiques et des agences sanitaires estiment que les OGMs ne représentent aucun danger pour l’homme. Et que la modification génétique des semences est la seule solution pour nourrir des milliards de personnes pendant encore très longtemps.
  • 50 % des Français pensent que les vaccins représentent un risque – Cela concerne les vaccins obligatoires, mais seul un crétin ou un anti-vaxx peut nous dire que tel vaccin est obligatoire et un autre est facultatif. Pendant ce temps, les vaccins ont sauvé des centaines millions de vies dans le monde et leurs risques sont très faibles.
  • 28 % des Français ont une image très négative du nucléaire – Le nucléaire est l’énergie du futur. Elle est propre, présente très peu de risques et elle permet d’avoir une vraie autonomie énergétique.
  • 56 % des Français utilisent des médicaments homéopathiques – L’homéopathie est une pseudoscience. Elle n’a jamais marché, elle ne marche pas et dans 15 564 ans, elle ne marchera pas.

Les médias, les médias et encore les médias

Evidemment, le mot Français et le pourcentage sont à relativiser. Les sondages sont toujours conçus pour avoir la réponse qu’on souhaite. Mais force est de constater qu’au fil des sondages, l’opinion publique brille par son illettrisme scientifique. Mais à qui la faute ? L’attaque des obscurantistes est mondiale, mais c’est uniquement en France qu’on a un tel recul sur tous les domaines.

On peut retourner la question dans tous les sens, mais les médias sont les principaux responsables de ce merdier. A force de petites propagandes s’étalant sur plusieurs décennies, ils ont distillé une véritable retour au fondamentalisme le plus nauséabond, teinté d’une arriérisme intellectuel. De plus, on ne lit que ce qu’on veut lire. Ce ne sont pas les vulgarisateurs scientifiques qui manquent. Des médias comme l’AFIS, le blog de Seppi et d’autres tentent de combattre dans l ‘arène publique. Mais très peu de gens les lisent et ils les rejettent de manière instinctive.

Il y a aussi une forme de lâcheté chez la communauté scientifique française. Dans les pays anglo-saxons, les scientifiques défendent les OGM ou l’agriculture moderne au péril de leur carrière. En France, ça commence à arriver, mais cela reste encore très marginal. Quand des médecins tentent de dénoncer l’homéopathie, alors ils se prennent des plaintes dans leur tronche… pour manquement à la confraternité. Con sans doute, mais fraternité, on repassera. On estime que la religiosité d’une personne est proportionnelle à son illettrisme scientifique. Et on pourrait croire que c’est logique. Mais les études montrent que cet illettrisme n’a aucun lien avec l’idéologie politique ou la religiosité d’une personne.

Par exemple dans le cas de la modification génétique et des OGM, les personnes, pensant que les OGM sont dangereux, étaient bien plus illettrés dans le domaine scientifique que n’importe quelle autre catégorie. Et ce n’est pas un compliment. Car si votre illettrisme scientifique est pire qu’une personne, ayant adopté une vision religieuse du monde, alors le puits de l’obscurantisme a atteint des profondeurs abyssales et en France, les ONG et les associations continuent de le creuser en s’esclaffant joyeusement.

Le glyphosate comme un critère pour juger de l’illettrisme scientifique

Le glyphosate est sans doute le meilleur exemple de cet illettrisme. Le sujet est devenu tellement important qu’on peut inventer un Point Glyphosate. Si j’écoute une personne, que je respecte sur un sujet donné, mais qu’à un moment donné, elle me sort que le glyphosate est dangereux, alors mon estime pour cette personne va baisser de plusieurs points parce que je sais que :

  • Elle est totalement lobotomisée, soit par les médias de masse, ou les escrologues
  • Qu’elle n’a jamais lu une seule étude scientifique de sa vie dans ce domaine
  • Qu’elle n’a jamais lu un seul rapport d’une agence sanitaire dans ce domaine

Récemment, Monsanto a été condamné à une amende considérable pour l’aspect cancérigène du Roundup. Les ONG, les marchands de peur et autres escrocs ont dû faire une partouze. Car cela ouvre à une pléthore de plaintes et d’amendes juteuses contre les fabricants de pesticides et de produits phytosanitaires. La même mécanique est valable pour l’anti-vaccin. Ces écolos militants, qui sont comparables à Daesh, pérorent sur tous les toits que c’est la preuve que le Roundup, donc le glyphosate est cancérigène. Parole de crétins qui se lèvent de bon matin.

Une décision d’un tribunal ne sera jamais une preuve scientifique. Quelqu’un, ayant une interprétation littérale de la Bible, pourra me dire que la Terre a 10 000 ans. Des milliers d’études scientifiques me diront que la Terre a 4,5 milliards d’années. Concernant cette amende de Monsanto, c’est comme mettre l’âge biblique de la Terre et l’âge scientifique de la Terre au même plan. Sous prétexte que le mec est adepte d’une religion, pratiquée par des millions de personnes. Les anti-glyphosates savent que leur propagande, c’est de la merde. C’est pourquoi, ils tentent de défendre le CIRC, saloperie à l’origine de la classification cancérigène de l’herbicide, par tous les moyens. Dans The ConversationRichard G. “Bugs” Stevens tente de défendre le CIRC. Il a travaillé pour un groupe du CIRC et selon lui, l’agence respecte la rigueur scientifique. Il s’est décrédibilisé en une seule phrase. Le fait de confondre le danger et le risque n’a jamais été de la rigueur scientifique.

La France, une nation de dépressifs

J’ai tendance à penser que l’illettrisme français n’est qu’une vue de mon esprit. Que les gens ont suffisamment de jugeote pour croire en la science et rejeter l’obscurantisme sur tous les fronts. Les médias ont leur rôles et soit, on les décapite, soit on les réforme entièrement. Mais ce n’est pas demain la veille. La motivation est aussi une question importante. Pourquoi les médias racontent-ils autant de conneries. La méconnaissance scientifique, une idéologie rétrograde et des conflits d’intérêts. La totalité des ONG et des médias, qui gravitent autour, ont des intérêts dans le bio. Mais est-ce que le problème n’est pas plus profond. Ce graphique m’a terrifié sur la mentalité actuelle des Français :

Seul 3 % des Français estiment que le monde va de mieux en mieux - Crédit : OurWorldinData

Seul 3 % des Français estiment que le monde va de mieux en mieux – Crédit : OurWorldinData

Sur tous les pays, la France est la dernière de la liste sur le fait que le monde va de mieux en mieux. Seuls 3 % des français sont optimistes sur l’état du monde. Certains critiquent ce sondage en estimant que l’échantillon n’est pas suffisamment important. Il a sans doute ses limites, mais quand on le compare avec les opinions des Français sur les principaux domaines scientifiques, je me dis qu’il ne doit pas être éloigné de la vérité. Ce graphique montre une tendance. Si vous regardez les pays avec moins de 10 % d’optimisme, alors vous remarquerez que ce sont tous des pays riches. La Chine caracole en tête, alors que la paupérisation existe également dans ce pays. Mais le fait est que la Chine a entamé sa révolution agricole et industrielle que très récemment. Sa population est passé d’un mode principalement agraire à une économie totalement industrialisée. Cela lui a permis d’atteindre une croissance à 2 chiffres. Et malgré les mythes qu’on répand sur la capacité fixe de la Terre, la consommation humaine et par conséquent, la croissance possède une limite et un plateau. Une fois qu’on atteint ce plateau, alors on peut faire tout ce qu’on veut, mais on ne pourra pas consommer et donc, croître davantage.

Les pays riches ont terminé leur transition vers une économie de services. Une économie, connue pour sa stabilité, mais qui est perçue comme une régression si vous avez des gens qui pensent au bon vieux temps. Et on plonge dans un cercle vicieux. On pense constamment au passé et on finit par créer de nouveaux problèmes alors qu’il n’en existe plus. A force, le pessimisme devient la norme et la France, au fil du temps, est devenue une nation de dépressifs. Cette opinion publique porte des lunettes noires depuis des décennies. Elle pense à une époque glorieuse où le pays faisait encore sa transition agricole et industrielle, mais cette époque ne reviendra plus.

Un véritable gâchis

On pourrait arguer que c’est trop facile de taper sur la France. D’autres pays sont bien plus illettrés sur le plan scientifique, notamment les pays pauvres. Oui, mais ces pays n’ont pas le choix. Manque d’infrastructures, manque d’éducations, très peu de culture scientifique. Des nations, encore engluées dans des croyances et des religions. Quand toute votre vision du monde se base sur des croyances, il est difficile d’accepter la science, surtout, si elle ne fait partie de votre quotidien. Mais même des agriculteurs africains, quand on leur montre les bienfaits des OGM, comprennent instinctivement les bienfaits de la technologie. Pas besoin d’avoir un bac + 4 en génétique.

En Inde, des agriculteurs sont prêts à risquer la prison pour continuer à cultiver des OGM. Et c’est pourquoi, cette régression scientifique en France est un gâchis et d’une tristesse absolue. La France possède les cerveaux nécessaires, les mains nécessaires, les infrastructures nécessaires et vous ne faites même pas du surplace, mais vous régressez. De plus, les pays développés donnent souvent le ton aux pays pauvres. Et on risque de voir des militants, promouvoir la biodynamie, dans les pays les plus pauvres de la planète en s’exclamant : C’est comme ça qu’on fait en France !

Et je ne parle même pas de l’Europe qui prend également le même chemin. Mais les raisons sont différentes. Du Lobbying, le remplacement de la science par la bureaucratie et une corruption à de nombreux niveaux. Qu’un pays soit fier de plonger dans la croyance, pour un prétendu monde fantasmé, est un choix qu’on peut respecter. Mais il est intolérable qu’un tel pays puisse imposer sa vision régressive du monde à d’autres pays, qui ont désespérément besoin des avancées scientifiques pour réaliser leur transition agricole et industrielle. C’est votre problème si vous avez honte de votre révolution industrielle et agricole, mais n’empêchez pas les autres de les réaliser.

A la recherche de l’Eden

Quand j’écoute les partisans de l’homéopathie, des produits naturels, du bio, de la permaculture, du véganisme et du retour à la nature, je me rend compte (et eux, ne se rendent compte de rien) qu’ils tombent dans l’illusion de l’Eden sur Terre. C’est à la fois hilarant et navrant. Des gens, qui font semblant de critiquer la religion, utilisent un concept des livres sacrés pour nous vendre un paradis idyllique. Il faudrait préserver la nature, la garder aussi intacte que possible et on pourra aussi vivre en harmonie avec cette nature en la respectant comme une mère nourricière. Le lion et l’agneau, vivant ensemble dans une espèce de confraternité délicieuse et à l’abri des maux de la Terre, incarné par l’Homo Sapiens.

Ils ont extirpé cet Eden de son cercueil d’illusions et ils l’ont repeint avec des concepts pseudo-modernes, issus de la tendance des Hippies et du New Age. Et je pense que cet Eden est possible, mais le prix sera le retour au passé, avec des millions de morts à la clé, car on refuse l’agriculture moderne, on refuse la médecine moderne, on refuse tout changement à cette mère nourricière. Cette mère n’a jamais été une nourricière. Ce sont nos ancêtres qui l’ont transformé pour que nous puissions avoir le confort. Un confort que nous rejetons systématiquement, par couardise, par culpabilité ou par stupidité. La nature n’est ni bonne ou mauvaise, elle est neutre. Elle est ce que nous en ferons. C’est ironique sur bien des points. C’est la science moderne qui nous a appris à protéger cette nature, à réduire notre impact tout en maximisant notre exploitation des ressources. Et aujourd’hui, on nous dit qu’il faut revenir à des concepts obsolètes pour continuer à la protéger. Comme de couper une jambe parce qu’elle est cassée.

Ce qui nous amène à cette conclusion navrante que l’illettrisme scientifique va s’accentuer, au moins sur le court et un peu de moyen terme. Comme on ne peut pas créer un passé glorieux, alors on invente un avenir dépressif et catastrophiste à souhait. Des catastrophistes qui s’alimentent par d’autres catastrophistes, ravis que leur parasitisme intellectuel, leur permet de se remplir les poches. Mais je reste optimiste. Les obscurantistes et leur galaxie de marchands de peur, d’ONG et d’associations font un sprint pour infecter le cerveau des gens avec les idées les plus noires qui existent. Mais la science n’est pas une participante de cette course.

Elle a entamé un marathon sur plusieurs siècles et il est mécaniquement admis que l’endurance d’un sprinter est largement inférieure à un marathonien. La seule consolation, mais certaine qu’on peut avoir, est que la science va gagner sur le long terme, car c’est ce qu’elle a toujours fait et qu’elle continuera de faire. Mais malheureusement, pour les personnes qui vivent aujourd’hui et qui croient en les bienfaits de la science, c’est une époque bien sombre dans tous les sens du terme.

 

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (16 votes, moyenne : 3,81 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et blogueur dans la vulgarisation scientifique.

Depuis plusieurs années, la science est attaquée de tous les cotés. Les vaccins, les pesticides, les OGM, mais également sur le plan de la politique. Marre d'entendre des âneries sur les médias de masse, j'ai décidé de lancer ce blog pour critiquer tous ces attaques incessantes sur la science. Je parle de l'agriculture comme des lois liberticides ou des pseudosciences.

Je ne prétend pas être un expert dans les domaines et considérez plutôt mes articles comme une opinion éclairée, mais personnelle sur des sujets qui sont souvent assombris par les marchands de peur et la pseudoscience. Mon ton peut être cassant et tranchant, car cette plume canalise une colère souvent justifiée.

Pour me contacter personnellement :

4 réponses

  1. @JBVBIN3T dit :

    Tellement vrai, hélas !

  2. GRUNBLATT GERARD dit :

    Au moins unes outrance (C’est pourquoi, ils tentent de défendre le CIRC, saloperie à l’origine de la classification cancérigène) mais globalement d accord
    Vous auriez pu mentionner le fait que 77% des français pensent que le nucléaire est mauvais pour le climat

  3. libertie dit :

    vos propos n’ont absolument rien de scientifique et à leur seule lecture, on se pose la question de savoir par qui vous êtes rémunérés pour dire de telles inepties…

  4. Michel dit :

    Et allez ! Vieille méthode gauchiste :
    si vous n’aimez pas le message, tirez sur le messager.
    Et il ose Libertie comme pseudo.
    Les c…s ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait (Audiard)
    Pathétique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *