Le tabagisme s’effondre, mais on préfère diaboliser la vape

Le tabagisme s’est effondré aux Etats-Unis, atteignant son plus bas taux depuis les années 1960. Et plutôt que de célébrer cette victoire, on va diaboliser la vape qui est l’un des facteurs majeurs de cette baisse du tabagisme.


Le tabagisme s'est effondré aux Etats-Unis, atteignant son plus bas taux depuis les années 1960. Et plutôt que de célébrer cette victoire, on va diaboliser la vape qui est l'un des facteurs majeurs de cette baisse du tabagisme.

Le 9 novembre 2018, le CDC publie un rapport sur les tendances du tabagisme. Et les nouvelles sont excellentes. Le tabagisme s’est effondré, avec seulement 14 % des adultes américains qui fument, le plus bas niveau depuis 1965. Le tabagisme tue la moitié de ses “clients” et à une époque,  on ne pensait pas qu’on pourrait inverser la tendance. Si demain, on découvrait un remède miracle contre le cancer, alors tout le monde ferait la fête. Et plutôt que de célébrer ce triomphe contre le tabagisme, les médias de masse et les organismes de santé préfèrent diaboliser la vape. A la limite, cet effondrement du tabagisme n’est qu’une anecdote à leurs yeux.

Si ça saigne, ça fait la une

Les médias de masse aiment le sang, la peur et les désastres. Ils ne sont jamais aussi contents que lorsqu’il y a des milliers de victimes dans un attentat ou une catastrophe. Les médias de masse exploitent les plus bas instincts de la nature humaine avec le sexe et la peur. Comme le dit ACHS, plutôt que de se féliciter de la baisse du tabagisme, un média comme le Washington Post, préfère dire que la vape mène au tabagisme. Dire que la vape mène au tabagisme est similaire au fait de dire que le cannabis mène à la cocaïne et à l’héroïne.

C’est complètement con, malhonnête et montre toute l’incompétence crasse de l’auteur. Les médias font partie des principaux ennemis de la vape. Et ce sont les pires, car ce n’est pas qu’ils sont contre la vape, mais bien parce que la peur leur permet d’encaisser leur chèque à la fin du mois. Rien de plus, rien de moins.

Le mythe de la passerelle au tabagisme

Evidemment, les journalistes malhonnêtes vont nous ressortir l’argument toxique de la passerelle vers le tabagisme. Mais RealClearScience explique très bien le problème avec cette passerelle :

  • L’association entre la vape et la clope est une corrélation et non une cause
  • Quand on dit que sur 100 personnes, ayant utilisé des e-cigs, il y a en 10 qui vont passer à la clope, on a tendance à penser que c’est l’e-cig qui les a incité à passer à la clope. Mais on ne se demande pas s’ils seraient passé à la clope indépendamment ou non de leur utilisation de la cigarette électronique.
  • Ensuite, les chercheurs ne peuvent pas déterminer (car c’est impossible à prouver par nature), le type de tabagisme qui sera pratiqué. Dans la recherche, ils vont simplement dire que les 10 % de l’échantillon sur 100 ont pris une bouffé de clope au cours des 6 mois. Mais est-ce que c’est une seule bouffée pendant 6 mois (alors, on peut s’en foutre) ou c’est une bouffée quotidienne pendant 6 mois. Ils disent simplement qu’ils ont testé la clope, mais ils ne pourront jamais prouver qu’ils deviendront des fumeurs.

Cette passerelle n’existe pas et on a même des tendances opposés. A chaque fois que l’utilisation de la cigarette électronique augmente dans une population, le tabagisme baisse immédiatement.

Le tabagisme en Europe baisse, mais avec des couacs

Le tabagisme baisse de plus en plus aux Etats-Unis, mais les nouvelles sont plus grimaçante en Europe. Le taux de tabagisme chez les personnes de 11 à 15 ans a augmenté. On ignore encore la cause de cette hausse chez les jeunes, car le vapotage est plus présent chez les adolescents. Et chez les adolescents, le tabagisme en Europe s’effrondre, mais dans une moindre mesure que chez les yankees.

Si seulement, il y avait une alternative au tabagisme…

Comme je l’ai dit, les médias de masse, les législateurs et même certains scientifiques pensent aux jeunes comme des petits bouts de chou qu’il faudrait protéger contre les maux du monde. Ils pensent que ces jeunes ne sont pas capables de réfléchir.  La période de l’adolescence est celle de la rébellion. Les adolescents font des choses stupides. Même si vous mettez les lois les plus strictes, les adolescents continueront à tester des drogues dures ou à avoir des relations sexuelles non protégés. Cela ne changera pas.

Il faut simplement minimiser les risques. Un parent ou un législateur ou un scientifique pense-t-il sérieusement que l’adolescent ne va pas avoir de rapports sexuels ou plutôt qu’il vaut mieux qu’il ait un rapport protégé. S’il fume du cannabis plutôt que de s’injecter de l’héroine, alors les risques sont 1000 fois moins importants. Et on ose venir nous dire  que la vape est aussi risqué que le tabagisme ? Ce n’est plus de la malhonnêteté, mais un crime. Un crime, car en bloquant la vape, le tabagisme ne pourra que perdurer. Peut-être que la vape, le liquide ou d’autres composants sont dangereux, mais bordel de merde, ils seront toujours 95 % moins dangereux que la clope.

Si c’est le seul acte de rébellion d’un jeune est de tirer des bouffées sur sa cigarette électronique, alors vous pouvez dormir sur vos deux oreilles, car il ne risque absolument rien.

 

 

 

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et blogueur dans la vulgarisation scientifique.

Depuis plusieurs années, la science est attaquée de tous les cotés. Les vaccins, les pesticides, les OGM, mais également sur le plan de la politique. Marre d'entendre des âneries sur les médias de masse, j'ai décidé de lancer ce blog pour critiquer tous ces attaques incessantes sur la science. Je parle de l'agriculture comme des lois liberticides ou des pseudosciences.

Je ne prétend pas être un expert dans les domaines et considérez plutôt mes articles comme une opinion éclairée, mais personnelle sur des sujets qui sont souvent assombris par les marchands de peur et la pseudoscience. Mon ton peut être cassant et tranchant, car cette plume canalise une colère souvent justifiée.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *