Qui veut la peau de la cigarette électronique ?

La cigarette électronique est une bonne alternative pour tenter de réduire ou cesser la clope. Mais force est de constater que certains médias, doublés de scientifiques plus que douteux, veulent la peau de la cigarette électronique à tout prix.


lindsayfox / Pixabay

La cigarette électronique fait partie de ces objets où personne ne peut se mettre d’accord. Même si le consensus scientifique penche de plus en plus vers des bienfaits considérables de la vape… pour les fumeurs, il est intéressant que depuis quelques mois, on a une attaque tout azimut sur la cigarette électronique. Mais quand on regarde les études, montrant des effets prétendument nocifs de la vape, alors on se rend compte qu’on trouve davantage de fraude, de démagogie et d’hypocrisie plutôt que de vraies preuves scientifiques.

Est-ce que la cigarette électronique est dangereuse ?

Quand vous lisez les papiers  anxiogènes sur la cigarette électronique, l’abstract va toujours commencer par : Même si la cigarette électronique est présente depuis des années, on ignore encore les effets de blabla sur blablaba avec du blabala. Ce type de phrase à la con, nous vient tout droit des Jean Pseudo-science.

Que j’appelle des scientifiques saisonniers. Toute l’année, ils foutent rien, mais dès qu’il y a un buzz à faire, alors ils se précipitent pour publier des papiers totalement pourris, juste pour avoir leur communiqué de presse, repris en choeur par des médias, dont la culture scientifique est proche  d’un médecin qui utilise l’homéopathie quantique pour soigner la myofasciite à macrophage…

Donc, revenons à cette histoire de manque d’études scientifiques. La cigarette électronique a été inventé en 2003 par un pharmacien chinois appelé Hon Lik. Sur Google Scholar, le terme electronic cigarette donne plus de 410 000 résultats tandis que PubMed nous offre plus de 5 000 résultats. Et on ose venir nous dire qu’on manque d’études scientifiques. Ce que ces pseudo-scientifiques ne veulent pas dire est qu’ils veulent des études qui vont dans le sens de leur opinion, car les mecs, à raison sans doute, sont traumatisé par le tabagisme pendant des générations et qu’ils compensent avec l’e-cigarette par une chasse aux sorcières, déguisée en excès de zèle.

Cela fait donc plus de 15 ans que la cigarette électronique existe et en 15 ans, il n’y a aucun effet négatif notable chez les vapoteurs. Mais surtout, pour qu’on puisse évaluer réellement la cigarette électronique, la question du sous-titre est très mal posée. Est-ce que la cigarette électronique est dangereuse ? ne veut absolument rien dire. Déjà le mot danger n’est pas valide et il faudrait plutôt dire le mot risqué. Et risqué par rapport à quoi ? Est-ce que l’eau est dangereuse ? Si vous plongez, sans savoir nager, dans une piscine d’eau profonde, alors oui, l’eau est dangereuse par rapport à votre incapacité à  nager. Donc, la question doit être : Est-ce que la cigarette électronique est dangereuse par rapport à la cigarette classique ? Et la réponse est un NON massif et éternel.

Parce qu’il suffit d’être logique et même pas besoin d’études scientifiques pour ça. Une cigarette à combustion contient 7 000 produits chimiques dont 10 % sont cancérigènes tandis que l’e-cigarette en contient 42 dans le pire des cas. Donc, qu’est-ce qui est mieux, inhaler 70 susbtances cancérigènes ou 4 ou 5  ? (Si on considère l’aspect cancérigène des susbtances dans les e-cigs ce qui n’est pas prouvé jusqu’à ce jour).

Et évidemment, on ne se pose pas ce type de question. La cigarette électronique est destiné pour les fumeurs et personne d’autres et il ne faut pas pénaliser les fumeurs, d’essayer la vape parce que des petits cons sont attiré par ces gadgets. Si en 15 ans, la science n’arrive pas à prouver la dangerosité de l’e-cigarette, c’est peut-être qu’elle n’est pas si dangereuse que ça. Et même s’il y a un danger, ce danger est 95 % moins important qu’une cigarette à combustion.

Le consensus scientifique sur la cigarette électronique

Mais peut-être que vous n’êtes pas satisfait de ce discours et qu’il vous faut des preuves plus solides. En fait, le consensus scientifique est assez clair sur la cigarette électronique… pour les fumeurs et il vous dit simplement : allez-y aussi vite que vous pouvez.

  • La méta-analyse de Cochrane de 2017 – L’une des plus grosses méta-analyses sur la cigarette électronique nous vient de Cochrane, une référence dans les sujets médicaux. Et son résultat est sans appel en comportant 24 études :

Des preuves issues de deux essais suggèrent que, par rapport aux cigarettes électroniques placebo, les cigarettes électroniques aident les fumeurs à arrêter de fumer à long terme.

Pour des raisons similaires, l’absence de différence constatée dans un essai entre l’effet des cigarettes électroniques et celui des patchs de nicotine est incertaine. Aucune des études incluses (à court et moyen termes, jusqu’à deux ans) n’a identifié d’événements indésirables graves considérés comme potentiellement liés à l’utilisation des cigarettes électroniques.

  • Toujours en 2017, une étude dans BMJ sur la population américaine, comptant près de 22 000 participants (en fait, il y avait 160 000 participants, mais 22 000 étaient fumeurs) – Les conclusions des auteurs sont ci-dessous :

L’augmentation substantielle de l’usage de la cigarette électronique chez les fumeurs américains adultes était associée à une augmentation statistiquement significative du taux de renoncement au tabac au niveau de la population. Ces conclusions doivent être soigneusement pesées dans l’élaboration des politiques réglementaires en matière de cigarettes électroniques et dans la planification des interventions de lutte antitabac.

Enfin, une étude commanditée par le gouvernement britannique en 2016 – Ci-dessous, les conclusions de quelques auteurs :

Mon interprétation de la preuve est que les fumeurs, qui passent au vapotage, éliminent presque tous les risques que le tabac fait courir à leur santé. Les fumeurs ont des besoins différents et je leur conseillerais de ne pas abandonner la cigarette électronique s’ils n’aiment pas la première. Il faudra peut-être des expériences avec différents produits et e-liquides pour trouver le bon dosage.

Les craintes que les cigarettes électroniques aient permis de ramener le tabac à la normale ou même à inciter des personnes à commencer à fumer ne se sont pas encore matérialisées à la lumière des éléments de preuve évalués par cet important examen indépendant. En fait, les preuves globales montrent que la cigarette électronique aide réellement les gens à cesser de fumer du tabac.

On va dire que certains auteurs sont trop enthousiastes. Mais le fait est que si on prend des échantillons suffisamment important et sur une longue durée, la cigarette électronique sera toujours moins dangereuse que la clope. C’est une certitude.

La fameuse passerelle des djeuns au tabagisme

La cabale actuelle contre la cigarette électronique nous vient des américains. On ignore pourquoi, mais ils sont complètement contre la cigarette électronique. Le fait est qu’ils pensent que la cigarette électronique incite les jeunes à passer à la clope. C’est un argument qui ne tient absolument pas la route. Si on considère que la vape incite à passer à la clope pour un non fumeur, alors on devrait voir une augmentation des fumeurs.

Mais en fait, depuis 2000, le tabagisme continue de baisser, par exemple en Angleterre, et que la majorité des vapoteurs sont quasi exclusivement des fumeurs. C’est vrai qu’il y a des non fumeurs, qui vapent, mais on estime qu’ils sont minoritaires à hauteur de 2,5 %. Et c’est normal. Les djeuns passent à la vape parce que c ‘est cool et pour être dans le vent. La clope a une bien mauvaise réputation, ils ne risquent pas de basculer dessus. Et le pourcentage qui pourrait être tenté, reste inférieur à 0,5 %. Encore une fois, ce n’est pas la faute des fumeurs que des petits cons passent au tabagisme via la vape en sachant que cette passerelle n’existe que dans la tête des scientifiques malhonnêtes et des médias complètement cons.

Et quand vous ne pouvez pas battre la science, alors amenez l’écologie, elle se chargera de faire peur à tout le monde. Dans The Conversation, j’ai halluciné de voir cet article qui nous dit tranquillement qu’il faut fortement réguler la cigarette électronique parce que cela pose des problèmes de déchets ! Sérieux, les mecs ? C’est tout ce qu’ils ont trouvé ? On devrait réguler la vape parce que cela provoque des déchets. Mais les tonnes de déchets produits par les smartphones, les ordinateurs, les appareils électro-ménagers, on s’en fout. Ca, c’est vraiment le genre de scientifique malhonnête par nature. On veut surfer sur la chasse aux sorcières de l’e-cig et on invente des nouveaux angles d’attaque. Je parie que c’est le genre de chercheur qui pense que le glyphosate provoque le cancer (c’était une blague, mais quand j’ai fait une recherche, ce mec pense sérieusement que le glypho provoque le cancer). Comme quoi, les crétins pseudoscientifiques sont prompts à attaquer des moulins à peur.

Les fabricants d’e-cig ne doivent pas jouer aux cons

Mais tout n’est pas rose dans le monde de la cigarette électronique. Mon reproche aux fabricants d’e-cig est qu’ils le promeuvent comme un produit de luxe. Quand vous regardez les photos de cigarettes électroniques, on dirait des bijoux dans leurs étuis. Et la marque JUUL est pas mal critiqué pour proposer des e-cig qui pourraient séduire les jeunes. Je pense qu’on peut réguler ce genre d’abus, mais on doit encourager les fumeurs à la vape.

Mais ce n’est pas un remède miracle. Certains fumeurs ne s’adaptent pas à la vape. Car il faut regarder le dosage et le type de modèle. Il faut essayer plusieurs fois pour que ça marche. C’est un mec qui a 20 ans de tabac dans les poumons qui vous dit que cela peut vous aider. J’ai testé la vape depuis quelques jours et j’ignore si je vais tenir, mais c’est la première fois depuis des décennies que je peux passer une journée (ou même quelques heures) sans allumer une clope. Et même si on interdit la cigarette électronique, alors les vrais vapoteurs vont la fabriquer. Après tout, une e-cig est juste une batterie qui alimente une résistance qui transforme un liquide en vapeur.

 

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (8 votes, moyenne : 4,25 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et blogueur dans la vulgarisation scientifique.

Depuis plusieurs années, la science est attaquée de tous les cotés. Les vaccins, les pesticides, les OGM, mais également sur le plan de la politique. Marre d'entendre des âneries sur les médias de masse, j'ai décidé de lancer ce blog pour critiquer tous ces attaques incessantes sur la science. Je parle de l'agriculture comme des lois liberticides ou des pseudosciences.

Je ne prétend pas être un expert dans les domaines et considérez plutôt mes articles comme une opinion éclairée, mais personnelle sur des sujets qui sont souvent assombris par les marchands de peur et la pseudoscience. Mon ton peut être cassant et tranchant, car cette plume canalise une colère souvent justifiée.

Pour me contacter personnellement :

1 réponse

  1. Bravo Houssen ! l’opportunisme morbide de certains “scientifiques” au sujet du vaporisateur personnel serai risible si des millions de vies n’étaient pas en jeux. j’ai réalisé un petit court-métrage sur la violence faite à la vape ou le “vrai scientifique” se fait littéralement tapé dessus par “the enemy” : https://www.youtube.com/watch?v=DsnZRbQMC5w&t=29s

    à bientôt et bonne vape à tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *