Scientifique et pro-Union européenne, incompatible ?

Quand on voit la tronche qu’est devenue l’Union européenne, je me dis que c’est de plus en plus incompatible avec le fait d’être scientifique.


Quand on voit la tronche qu'est devenue l'Union européenne, je me dis que c'est de plus en plus incompatible avec le fait d'être scientifique.

Sur papier glacé et dans les paravents d’apparence, l’Union européenne est le paradis sur Terre. La concrétisation d’un projet de réunification des peuples. La tentative de créer un bloc face aux Américains et aux Chinois. Mais cette façade se fissure de plus en plus. Car depuis l’existence de l’Union européenne, on peut dire que c’est un désastre sur le plan scientifique.

La directive interdisant les OGM

En 2001, l’Union européenne a interdit la plupart des OGMs. Ce qui est aberrant est que la production d’OGM est très réglementée, mais pas la consommation (1 OGM qui est cultivé est le maïs MON 810). Les OGM sont absolument sans danger pour la santé et l’environnement. Les États-Unis utilisent des OGM depuis 20 ans sans le moindre souci de santé. Comme si l’Union européenne voulait forcer l’utilisation des OGM hors Europe ce qui détruit l’agriculture européenne, mais également la recherche dans ce domaine.

Le ban hystérique sur les produits phytosanitaires

Le glyphosate a été réautorisé in extrémis dans l’Union européenne. Mais on le voit avec ces crétins d’écolos en France que cet herbicide est attaqué de toutes parts. La totalité des agences sanitaires mondiales estime que le glyphosate est sans danger pour l’être humain et l’environnement aux doses recommandées. Si vous pensez que le glyphosate provoque le cancer, c’est que vous êtes lobotomisé par les médias. Et avec la prochaine tronche de la Commission européenne, le glyphosate sera interdit sans aucune validité scientifique.

Et on a une véritable hystérie contre les pesticides en Europe. Une hystérie, fabriquée de toutes pièces par le bio et ses sbires. Le bio n’est pas mieux pour l’environnement et la santé comparée aux produits conventionnels. Si vous pensez que vous achetez du bio pour améliorer votre santé, c’est que vous êtes juste un pigeon. La seule valeur ajoutée du bio est le prix sur l’étiquette qui est le double ou le triple du produit conventionnel.

Le ban des néonicotinoïdes

En 2018, l’EFSA a banni les néonicotinoïdes dans l’Union européenne. La justification était que ce pesticide nuit aux abeilles. Mais les preuves avancées sur la nuisance des abeilles sont une fraude scientifique absolue. Le nombre d’abeilles continue d’augmenter au niveau mondial.

Vous avez parfois des déclins locaux, provoqués par des pratiques spécifiques comme la culture des amandes qui nécessitent des pollinisateurs qu’on doit parfois importer de centaines de kilomètres. Les néonicotinoïdes n’ont aucun impact sur les pollinisateurs. Mais comme la Commission européenne est infectée par des lobbys, notamment écolos, alors tout doit être interdit du moment que “ce n’est pas naturel”.

Le ban de CRISPR pour les semences

C’est en juillet 2018 que ma haine de l’Union européenne a été actée. L’UE a considéré que les semences modifiées par CRISPR étaient des OGMs et que par conséquent, c’était interdit. Les États-Unis, la Chine, l’Inde, de nombreux pays africains, l’Australie, l’Angleterre après le Brexit, vont se précipiter sur les semences par CRISPR qui va apporter une nouvelle révolution agricole.

Mais l’Union européenne (via la CJUE), avec une plainte de la confédération paysanne, a banni l’une des plus grandes inventions de ces 4 dernières décennies en matière de génétique. Ce qui est le plus hallucinant dans cette affaire que l’avocat général a plaidé pour l’autorisation de ces nouvelles semences, mais que la Cour est allée contre son propre avocat général, une décision très rare pour être souligné, car dans 90 % des affaires traitées par la CJUE, elle suit son avocat général.

Contre les vaccins

Vous ne pouvez pas à la fois hurler contre l’augmentation de la rougeole en Europe et dire que le vaccin contre l’hépatite B provoque la sclérose en plaques. Pathétiquement, la Cour a tenté de dire que la décision est uniquement sur un cas individuel. Mais cela n’a pas empêché les associations anti-vaxx d’utiliser cette décision pour porter plainte contre des fabricants de vaccins. Parasite un jour…

Le nucléaire

Le nucléaire est aussi attaqué de toutes parts. Mais malgré des veines saillantes sur leurs fronts d’obscurantistes, les écolos n’arrivent pas à faire bouger le nucléaire. Cependant, on les connait et ils vont réduire la part du nucléaire. Par exemple, le fait que le nucléaire soit exclu des énergies vertes alors que c’est l’énergie avec la plus faible empreinte carbone tout en étant une énergie pilotable de première main.

La science européenne en Open Access

Un sujet plus spécialisé, mais aussi de première importance. Car cela montre que même quand l’Union Europe semble faire une bonne chose, c’est totalement perverti par les lobbys. En 2017 et 2018, la Commission européenne a estimé que toutes les publications scientifiques, financées par les fonds européens, doivent être en Open Access à l’horizon 2020.

De la sémantique, car il n’existe pas de fonds européens. C’est la contribution des Etats membres. Et tout le monde a applaudi sauf évidemment Elsevier et Springer qui ont un véritable monopole sur la publication scientifique. Et devinez ce qui s’est passé. La Commission a créé une plateforme pour surveiller le développement de cette initiative. Et le prestataire qui supervise cette initiative est ElsevierComme si c’est vous disiez à McDonald de lutter contre l’obésité mondiale.

Pour un Frexit ?

Cela ne prouve pas que l’Union européenne est corrompue jusqu’à la moelle. Cela prouve qu’elle est devenue une usine à lobbys. Lundi, la terre est plate et mardi, elle est ronde selon les lobbys qui auront l’oreille de la Commission.

Aucune vision à long terme sur des secteurs critiques, on ne fait que réagir et on laisse les bureaucrates, faire ce qu’ils veulent avec une incompétence rarement atteinte. Sous l’ère Juncker, on ne compte plus le nombre de postes de scientifiques qui ont été fermés par la Commission et remplacés par des bureaucrates.

Un problème de fond sur la science en France

On pourrait croire que je plaide pour un genre de Frexit. Ce serait merveilleux si c’était aussi simple. L’appartement à l’UE fait du mal à la France, mais la présence de la France dans l’UE n’arrange pas les choses. Quand vous regardez le ban des néonicotinoïdes, celui de CRISPR et de l’affaire du vaccin, vous vous rendez compte qu’à la base, la plainte est venue de la France. Des lobbys écolos et anti-science ont tout fait pour s’immiscer dans le processus européen et imposer les décisions les plus obscurantistes à toute l’Europe.

Cela signifie que même si la France sort de l’UE, position du Frexit par des partis comme l’UPR, cela ne changera rien à la situation puisque l’obscurantisme trouve un terreau favorable en France. Évidemment, cela ne nuira plus aux intérêts des autres pays européens.

Une solution plus radicale et plus efficace serait une disparition ou une refonte complète de l’UE. On détruit tout et on repart sur de bonnes bases. Et si on ne peut pas créer une nouvelle UE, plus scientifique, alors c’est chacun pour soi. De toute façon, de nombreux pays peuvent fonctionner hors de l’UE.

Mais la vraie réforme doit se passer en France. Une responsabilisation des médias avec des sanctions à la clé s’ils racontent n’importe quoi sur les sujets scientifiques, la suppression des lobbys anti-science et l’obligation pour les politiciens d’avoir une culture scientifique digne de ce nom. C’est un souhait idéaliste plus qu’autre chose, mais il faudra en passer par là. Sinon, si vous pensez que la science apporte des bienfaits à l’humanité, alors partez en Chine, aux Etats-Unis ou même en Afrique, car dans l’Union européenne, la science est devenu une ennemie à combattre par tous les moyens.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et blogueur dans la vulgarisation scientifique.

Depuis plusieurs années, la science est attaquée de tous les cotés. Les vaccins, les pesticides, les OGM, mais également sur le plan de la politique. Marre d'entendre des âneries sur les médias de masse, j'ai décidé de lancer ce blog pour critiquer tous ces attaques incessantes sur la science. Je parle de l'agriculture comme des lois liberticides ou des pseudosciences.

Je ne prétend pas être un expert dans les domaines et considérez plutôt mes articles comme une opinion éclairée, mais personnelle sur des sujets qui sont souvent assombris par les marchands de peur et la pseudoscience. Mon ton peut être cassant et tranchant, car cette plume canalise une colère souvent justifiée.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.