Le Bitcoin se casse la gueule, merci à l’Inde, la Chine et la Corée du Sud

Ils pleurent les gens, ils pleurent d’avoir perdu autant d’argent sur une bulle spéculative créée de toutes pièces. A 6 300 dollars, le Bitcoin vient de se prendre un effondrement en quelques semaines. Trouvons les coupables avec les chinetoques, les indiens et les sud coréens qui ne comprennent rien à la beauté de cette crypto-monnaie… Moi, je sabre le champagne.


Ils pleurent les gens, ils pleurent d'avoir perdu autant d'argent sur une bulle spéculative créée de toutes pièces. A 6 300 dollars, le Bitcoin vient de se prendre un effondrement en quelques semaines. Trouvons les coupables avec les chinetoques, les indiens et les sud coréens qui ne comprennent rien à la beauté de cette crypto-monnaie... Moi, je sabre le champagne.

Le 06 février 2018, le Bitcoin se vendait aux alentours de 6 300 dollars. On peut dire que c’est une sacrée chute. Et pourtant, tout le monde avait prévenu. Les économistes, les puristes des cryptomonnaies et même les traders. Tout le monde avait prévenu que c’est une énorme bulle spéculative crée de toutes pièces par les traders. A partir de 10 décembre 2017, ces enculés ont commencé à faire monter les prix du Bitcoin grâce au Pump and Dump qui consiste à acheter et à vendre massivement en un délai très court. Et maintenant, la fête est terminée. Mais ce n’est pas seulement la spéculation qui a provoqué la perte de 60 % du Bitcoin en 3 semaines, mais c’est aussi parce que 3 pays ont décidé qu’on ne les prendrait plus pour des cons.

La Corée du Sud

La Corée du Sud a été la première à dégainer en envisageant de bannir entièrement les cryptomonnaies. Le gouvernement est revenu sur sa décision, mais il est quand même interdit de déposer l’équivalent en cryptomonnaie dans les comptes bancaires anonymes. De plus, la Corée du Sud interdit les ICO qui sont les phases de prélancement d’une cryptomonnaie. Les sud coréens se sont fait avoir par les tendances Yankees en estimant que c’était le prochain grand truc.

La Chine

Avec la crise financière dans le milieu de 2017, les chinois se sont intéressé aux cryptomonnaies, mais le bal est terminé. Les autorités chinoises ont annoncé qu’elles allaient utiliser leur Grand Pare-feu pour interdire l’achat des cryptomonnaies achetées sur des sites à l’étranger. De plus, la Chine va bannir les résultats des sites de cryptomonnaies dans le moteur de recherche Baidu et le réseau social Weibo. Si on ne peut pas voir ou lire une chose, alors elle n’existe pas. La Chine interdit les ICO et les levées de fond avec les cryptomonnaies depuis septembre 2017.

Toutefois, la déclaration chinoise est intéressante avec les sites à l’étranger, car cela sous-entend que des transactions de cryptomonnaies tournant en circuit fermé serait une éventualité. Cela confirmera la tendance chinoise à renforcer sa souveraineté économique incluant le royaume pseudo-décentralisé de ces monnaies virtuelles.

L’Inde

L’Inde a décidé que les cryptomonnaies ne pourraient pas avoir un pouvoir de délivrance comme la monnaie papier. L’objectif de l’Inde est différent, car les autorités ont peur de la décentralisation de l’épargne des indiens et depuis des années, le gouvernement actuel, très néo-libéral, veut mettre la main sur les épargnes informelles des indiens. De plus, on ne peut pas utiliser les cryptomonnaies avec le système de paiement national de l’Inde.

Une manipulation et une spéculation orchestrée par les Yankees

3 grands pays viennent de dire NON au Bitcoin et autres cryptomonnaies. On ne peut pas accuser les Yankees d’être derrière la manœuvre pour faire exploser la bulle. En fait, ce serait même le contraire. N’oublions pas que la bulle spéculative sur les cryptomonnaies a commencé après que plusieurs institutions financières américaines aient décidé de lancer des contrats de type Future sur le Bitcoin.

De ce fait, ce sont les spéculateurs américains qui ont lancé le bal en tentant de pigeonner le maximum de monde et en tablant que d’autres pays allaient se faire avoir. Une chose qui a été très peu remarqué est que les plus grosses plateformes de cryptomonnaies privilégiaient le dollar et on a même vu des refus de trader en euro ou en yuan. Cela signifie que les américains savaient très bien que c’était de la merde et que si on est prêt à t’acheter cette merde en échange de beaux dollars, alors ce n’est pas la faute  de l’escroc, mais bien du crétin patenté qui accepte un tel deal. En décembre, j’avais déversé ma bile sur les spéculateurs du Bitcoin et force est de constater que chaque ligne de mon article a été confirmé.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef, webmestre et blogueur, précaire comme tout blogueur qui se respecte.

Pour me contacter personnellement :

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me notifier des