Interdiction de parler des Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang 2018 sans l’autorisation du Comité International Olympique

Le Comité International Olympique est tellement célèbre pour sa censure de la marque déposée et du droit d’auteur qu’il fait l’objet d’un véritable bêtiser. Pour les Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang 2018, le CIO vous interdit de publier des contenus sur les Jeux Olympiques sur Twitter et Facebook sans son autorisation.


Le Comité International Olympique est tellement célèbre pour sa censure de la marque déposée et du droit d'auteur qu'il fait l'objet d'un véritable bêtiser. Pour les Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang 2018, le CIO vous interdit de publier des contenus sur les Jeux Olympiques sur Twitter et Facebook sans son autorisation.

A chaque Jeux Olympique d’hiver ou d’été, on a l’occasion de voir une débauche de dépenses avec des infrastructures, ayant couté des milliards d’euros, qui vont être abandonné au bout de quelques semaines. Dans le cas de la Grèce, l’organisation des JO l’a fait plongé dans un gouffre financier pour le grand plaisir des vautours en Allemagne. Mais au delà de la stupidité financière des JO, c’est surtout celle du droit d’auteur et du CIO. Le Comité International Olympique protège tellement sa marque qu’il est absolument interdit de citer son nom, d’utiliser son logo ou de faire quoi que ce soit sans demander son autorisation.

Et cette vieille tradition de la censure et de la débilité est de retour pour les Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang 2018. Mais on sait que le CIO sont une bande d’enculés, mais le pire est que Twitter et Facebook sont des enculés bien pires, car ils collaborent sans aucun problème avec cette entité nauséabonde.  Ann Fifield, journaliste du Washington Post, s’est vu supprimé une vidéo qu’elle a publié sur Twitter montrant les athlètes nord coréens entrant dans le stade.

La raison ? Aucune, sauf qu’elle n’a pas demandé l’autorisation de filmer. Quels bande de crevards, ils ne connaissent même pas le concept du droit d’auteur. C’était la vidéo de la journaliste et elle peut filmer ce qu’elle veut. Et l’hypocrisie de Twitter est illimitée puisqu’il n’hésite pas à inciter les gens à suivre les Jeux Olympiques sur sa plateforme. On le ferait, bande de cons, si vous ne censuriez pas tout ce qui bouge. Et Facebook fait bien pire, car il fait de la censure préventive. Il bloque la vidéo avant même que vous ne la publiez. Avec les Jeux Olympiques de Paris, je sens qu’on va bien s’amuser avec ce type de Copyright Madness.

Source : Techdirt

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 4,00 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et blogueur dans la vulgarisation scientifique.

Depuis plusieurs années, la science est attaquée de tous les cotés. Les vaccins, les pesticides, les OGM, mais également sur le plan de la politique. Marre d'entendre des âneries sur les médias de masse, j'ai décidé de lancer ce blog pour critiquer tous ces attaques incessantes sur la science. Je parle de l'agriculture comme des lois liberticides ou des pseudosciences.

Je ne prétend pas être un expert dans les domaines et considérez plutôt mes articles comme une opinion éclairée, mais personnelle sur des sujets qui sont souvent assombris par les marchands de peur et la pseudoscience. Mon ton peut être cassant et tranchant, car cette plume canalise une colère souvent justifiée.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *