Comment fonctionne le bloqueur de publicité intégré dans Google Chrome ?

A partir du 15 février 2018, Google Chrome va intégrer un bloqueur de publicités pour les publicités qui ne respectent pas les normes de Better Ads. Je vous décrit une partie du fonctionnement du blocage de publicité sur Google Chrome.


A partir du 15 février 2018, Google Chrome va intégrer un bloqueur de publicités pour les publicités qui ne respectent pas les normes de Better Ads. Je vous décrit une partie du fonctionnement du blocage de publicité sur Google Chrome.

Pendant des années, la publicité a permis de faire vivre des milliers de webmestres. Des filières entières ont été crée pour exploiter ce nouveau filon de la publicité en ligne. Mais comme d’habitude avec la race des Homo Sapiens, ils ne peuvent pas s’empêcher d’exploiter outrancièrement le filon comme des prisonniers qui n’auraient pas vu une femme pendant 10 ans et qu’ils se défoulent dans le premier bar à prostitués.

En termes clairs, la publicité en ligne est devenu une montagne d’excréments qui pue à des kilomètres. Mais comme les Homo Sapiens aiment exploiter le filon, mais détestent payer la facture, alors ils se sont mis à bloquer des publicités. Des bloqueurs comme Adblock ou uBlock Origin ont vu le jour, mais on s’est aperçu que c’était également des escrocs. En utilisant sa base de millions d’utilisateurs, Adblock a tenté d’extorquer de l’argent aux éditeurs en les intégrant dans une liste blanche. En revanche, uBlock Origin est actuellement le meilleur bloqueur de publicité sur le marché.

Google est dans une position intenable sur la publicité en ligne

Dans ce marasme composé de marais bien nauséabonds à base de vidéos publicitaires automatiques, des popups de merde qui s’affichent quand on charge la page, les publicités qui s’insère sournoisement en arrière-plan, Google a commencé à voir rouge et vert en même temps. D’une part, sans la publicité en ligne, Google fait faillite, car c’est sa seule source de revenus. Au fil des années, Google a fait en sorte de décapiter ses concurrents, mais quand un prédateur s’accapare un territoire, des rivaux tentent de toujours de le déloger avec des techniques plus agressives. Cela nous a donné la montagne d’excréments. Les bloqueurs de publicité continuent d’augmenter et il fallait que Google fasse quelque chose. Il a ainsi intégré une coalition appelée Better Ads qui est censé proposer des normes éthiques et respectueuses des publicités. On a des géants comme Microsoft, Yahoo ou Amazon dans cette coalition. Et dans le cadre de cette coalition, Google a décidé d’intégrer un bloqueur de publicité directement dans Chrome. On pensait que ce serait un bloqueur de pacotille, mais une analyse par le site CTRL montre que ce bloqueur est assez efficace.

Le bloqueur de publicité de Chrome bloque les publicités de Google

Notons que Google utilise déjà le Safe Browsing pour protéger les utilisateurs contre les tentatives de phishing et les popups. Et Better Ads va devenir une directive supplémentaire dans ce Safe Browsing. L’intégration dans le Safe Browsing est intéressant, car Google pourrait mettre des sites, non respectueux de la norme Better Ads, dans une liste noire. Comment va-t-il gérer cette liste noire ? On n’en aucune idée. Peut-être que les publicités seront totalement bloqué, mais il se pourrait que le site subisse une pénalité dans le référencement de Google. Les webmestres peuvent vérifier l’expérience de l’utilisation sur les publicités concernant leurs sites pour voir s’ils respectent les recommandations de Better Ads.

Le bloqueur de Chrome intégrera les listes EasyList et EasyPrivacy

Mais comment le bloqueur de publicité de Chrome va détecter les mauvaises publicités. Et en fait, c’est une bonne surprise, car ce bloqueur de pub dans Google va utiliser les listes de blocage EasyList et EasyPrivacy. Ce sont des listes de blocage très populaires et efficaces qui sont utilisés par Adblock et uBlock Origin entre autres. EasyList est une liste qui bloque les publicités tandis qu’EasyPrivacy bloque le tracking comme les outils de statistiques. Mais ce qui est très intéressant est qu’il semble que Google va les utiliser dans leur forme native. Il va sans doute les retoucher un peu, mais en général, on aura le même blocage qu’avec uBlock Origin ou Adblock. Et c’est très étrange, car EasyList et EasyPrivacy bloquent les publicités de Google Adsense, la régie publicitaire de Google ainsi que Google Analytics.

Toutefois, le bloqueur de pub dans Chrome est moins souple que les autres bloqueurs. On ne peut pas ajouter des sites aux listes de blocage, mais on peut désactiver le blocage par site. C’est à dire que si Google estime qu’un site respecte les normes Better Ads, mais que vous, vous pensez qu’il ne le respecte pas, alors Google ne vous permettra de bloquer les publicités sur le site.

Vous serez notifié du blocage des publicités

Quand Chrome va bloquer les publicités, il va le notifier sur la barre d'adresse - Crédit : ctrl.blog

Quand Chrome va bloquer les publicités, il va le notifier sur la barre d’adresse – Crédit : ctrl.blog

De plus, Google Chrome a mis en place des notifications, via la barre d’adresse, pour prévenir que des publicités sont bloqués sur tel site parce que ce dernier ne respecte les normes de Better Ads. Cependant, ces notifications resteront visibles en permanence dans la barre d’adresse à moins de désactiver entièrement le bloqueur de pub. C’est un mauvais point, car les autres bloqueurs de publicité bloquent de manière totalement transparente et invisible.

Pourquoi Google bloquerait-il ses propres publicités ?

Comme on le voit, le bloqueur de publicité de Chrome n’est pas le meilleur, mais ce n’est pas le pire. Pour des utilisateurs qui ne connaissent pas du tout les bloqueurs, cela peut être très utile. Mais une question demeure : Pourquoi Google se tirerait-il une balle dans le pied en bloquant ses propres publicités ?

La première hypothèse est que Google veut qu’on désinstalle les autres bloqueurs de pub comme uBlock Origin si on estime que son bloqueur fait du bon boulot. Cela permettra à certaines publicités de passer en ayant une pression moins forte sur les éditeurs et les annonceurs. Même si les vrais puristes ne désinstalleront pas un bloqueur comme uBlock Origin, il ne faut pas oublier qu’ici, on parle de Google Chrome,  qui contrôle 55 % des parts du marché des navigateurs au niveau mondial. En général, si Chrome implémente quelque chose, alors tout le monde finit par suite.

La seconde hypothèse est moins plausible, mais toujours possible qui est celle de entonnoir. L’une des raisons du ras le bol des utilisateurs contre les publicités est qu’il y en absolument partout. Au risque de bloquer ses propres publicités, Google veut se débarrasser des sites, remplis de pubs, mais qui ne lui rapportent pas assez d’argent. De cette manière, il va canaliser les publicités dans un entonnoir de plus en plus serré. Moins de sites pour afficher les publicités = Un prix plus élevé des publicités pour les annonceurs et un meilleur revenu pour les éditeurs. C’est tout à fait possible si on regarde les dernières décisions de Google sur un plan global. C’est ce qu’il vient de faire avec Youtube en bannissant une grande partie des petits créateurs qui ne lui rapportent plus assez de fric.

Cela va créer un système pyramidal très robuste où seuls les plus gros médias et sites vont pouvoir profiter des publicités de Google et tous les petits sites vont disparaitre par manque de rentabilité. Qu’on se le dise, ce bloqueur de publicité dans Chrome n’est pas un détail, car il risque de changer radicalement la monétisation sur le web sur le long terme.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et blogueur dans la vulgarisation scientifique.

Depuis plusieurs années, la science est attaquée de tous les cotés. Les vaccins, les pesticides, les OGM, mais également sur le plan de la politique. Marre d'entendre des âneries sur les médias de masse, j'ai décidé de lancer ce blog pour critiquer tous ces attaques incessantes sur la science. Je parle de l'agriculture comme des lois liberticides ou des pseudosciences.

Je ne prétend pas être un expert dans les domaines et considérez plutôt mes articles comme une opinion éclairée, mais personnelle sur des sujets qui sont souvent assombris par les marchands de peur et la pseudoscience. Mon ton peut être cassant et tranchant, car cette plume canalise une colère souvent justifiée.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *