Inde : La loi contre les Fake News annulée en 24 heures

Dans certains pays, on entend le concept de loi contre les Fake News. Les abrutis, qui nous gouvernent, devraient prendre des leçons de l’Inde qui vient de voter et d’annuler une loi contre les Fake News en 24 heures.


Dans certains pays, on entend le concept de loi contre les Fake News. Les abrutis, qui nous gouvernent, devraient prendre des leçons à l'Inde qui vient de voter et d'annuler une loi contre les Fake News en 24 heures.

Les Fake News sont tellement à la mode que cela donne l’occasion aux gouvernements du monde pour proposer des lois pour décider qui est le garant de la vérité absolue et éternelle.  Macron veut une loi sur les Fake News en période électorale, mais dommage que lorsqu’il était en Inde, il n’ait pas suivi l’affaire de la loi anti Fake News indienne qui a été un tel fiasco qu’elle a été abrogée en 24 heures.

Cette loi contre les Fake News concernait uniquement les grands médias de masse dans le pays. L’objectif officieux de la loi était que Modi, Premier Ministre,  ne soit pas du tout critiqué alors qu’il va briguer un second mandat dans les élections de 2019. Modi est quelqu’un de très sournois et comme de nombreux politiciens dans le monde, il utilise la tactique de la grenouille. Quelle est le niveau d’acceptation des médias de masse face à la censure et la propagande gouvernementale ? Cette loi contre les Fake News était un test et le gouvernement indien s’aperçoit que ça n’est pas passé comme une lettre à la poste. Cette loi ne concernait pas les blogs et les comptes de réseaux sociaux, mais c’est bien pire.

Car en ayant une loi contre les Fake News qui responsabilisent uniquement les médias de masse, le gouvernement voulait s’assurer que seule sa version des faits soit relayée par ces médias. En effet, cette loi prévoyait que si un journaliste officiel propageait une Fake News, alors son accréditation était suspendue pendant 6 mois et après 3 violations, on avait un ban définitif (il n’avait plus le droit d’exercer son métier). La censure était également pro-active dans la mesure où si quelqu’un déposait une plainte contre un journaliste dans le cadre de cette loi, alors son accréditation était aussi suspendu jusqu’à ce qu’une décision soit prise. En termes clairs, c’est le gouvernement indien qui déciderait qui a le droit ou non d’être un journaliste.

Et évidemment, la définition d’une Fake News n’était pas claire et on n’avait aucune précision sur qui pouvait porter plainte. Pour le moment, cette loi  a été enterrée, mais vous pouvez être certain qu’elle va revenir avant les prochaines élections. Les médias occidentaux présentent Modi et l’Inde actuelle comme un symbole de modernité, mais il y a des dessous de radicalisation et de mafia derrière le Premier Ministre indien. Ce qui est intéressant est que le contenu de cette loi anti-Fake News est très similaire aux propositions qu’on peut voir dans les pays occidentaux comme en France, en Allemagne ou au Royaume-Uni. Comme quoi, la fils de puterie des politiciens est sans frontière puisqu’ils font partie de la même famille de parasites.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef, webmestre et blogueur, précaire comme tout blogueur qui se respecte.

Pour me contacter personnellement :

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me notifier des