SESTA/FOSTA : Quand les prostituées menacent de révéler leurs clients… membres du Congrès

Si vous faites chier ceux et celles qui sont dans le plus vieux métier du monde, alors ne soyez pas surpris que vous vous preniez un coup de savate dans la gueule. Les prostituées, pour protester contre la loi SESTA/FOSTA, menacent de révéler le nom de leurs clients, des membres du Congrès et ils ont crée leur propre instance Mastodon, appelé Switter, pour s’organiser.


Si vous faites chier ceux et celles qui sont dans le plus vieux métier du monde, alors ne soyez pas surpris que vous vous preniez un coup de savate dans la gueule. Les prostituées, pour protester contre la loi SESTA/FOSTA, menacent de révéler le nom de leurs clients, des membres du Congrès et ils ont crée leur propre instance Mastodon, appelé Switter, pour s'organiser.

La loi SESTA/FOSTA, censée lutter contre la prostitution illégale et le proxénétisme en ligne, est très critiqué par les associations de la protection de la vie privée et celle de la liberté d’expression. Le problème de cette loi de merde est qu’elle est tellement vague que cela ouvre la voie à la censure généralisée. Des sites entiers ferment aux Etats-Unis, notamment ceux des petites annonces parce qu’ils pourraient tomber sous cette loi. Le problème, comme le rapporte TechDirt, n’est pas de lutter ou non contre la prostitution (même si pour moi, en 2018, la criminalisation de la prostitution est une hérésie et un héritage datant du Moyen-Age), mais il est que les plateformes ne doivent pas être tenus responsables de leurs utilisateurs, car cela ouvre la voie à toutes les dérives.

De plus, il n’y a aucune raison logique pour que le SESTA puisse protéger les travailleurs du sexe ou combattre le proxénétisme. En fait, c’est même le contraire. Sur beaucoup de sites dédiés aux annonces au travail du sexe, on pouvait trouver des forums où les travailleurs et travailleuses pouvaient échanger des conseils et identifier les clients dangereux. Etant donné que le SESTA/FOSTA ne prévoit aucune exception, le seul endroit en ligne où les travailleurs du sexe pouvaient améliorer leur sécurité va disparaitre.

Mais les prostitués contre-attaquent. Un Tweet nous dit qu’un Google Doc est disponible où les travailleuses du sexe vont publier le nom des  membres du Congrès qui sont leurs clients. Ironique à souhait, car comme le SESTA/FOSTA criminalise les clients comme les prostitués, cela signifie qu’un membre du Congrès, peut être condamné par  la même loi qu’il a voté avec le sourire. Et comme le SESTA/FOSTA couvre toutes les plateformes incluant donc, Twitter, les travailleuses du sexe aussi ont lancé Switter, une instance Mastodon (hébergée en Autriche où la prostitution est légale) dans le cas où leurs comptes Twitter pourraient être banni.

Même si je suis critique de Mastodon, je me dis que c’est un outil qui peut être utile dans ces cas précis. Mais je souris devant l’ironie de la situation où des membres du Congrès doivent pisser dans leur froc, car ils ont montré leur bite en souriant à des personnes qu’ils veulent condamner aujourd’hui. On pourra dire que les travailleuses du sexe devraient respecter la vie privée de leurs clients et je répondrais : Les législateurs devraient d’abord respecter la vie tout court des travailleuses du sexe qui est menacé par cette loi.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 3,00 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et blogueur dans la vulgarisation scientifique.

Depuis plusieurs années, la science est attaquée de tous les cotés. Les vaccins, les pesticides, les OGM, mais également sur le plan de la politique. Marre d'entendre des âneries sur les médias de masse, j'ai décidé de lancer ce blog pour critiquer tous ces attaques incessantes sur la science. Je parle de l'agriculture comme des lois liberticides ou des pseudosciences.

Je ne prétend pas être un expert dans les domaines et considérez plutôt mes articles comme une opinion éclairée, mais personnelle sur des sujets qui sont souvent assombris par les marchands de peur et la pseudoscience. Mon ton peut être cassant et tranchant, car cette plume canalise une colère souvent justifiée.

Pour me contacter personnellement :

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des