La Suisse ne veut plus être le lieu de rendez-vous des espions

La loi Renseignement permettrait à la Suisse de ne plus être le rendez-vous des espions en Europe. Le pays possède une place privilégiée géographique ainsi que son intégration de l’espace Schengen.


La loi Renseignement permettrait à la Suisse de ne plus être le rendez-vous des espions en Europe. Le pays possède une place privilégiée géographique ainsi que son intégration de l'espace Schengen.
susan_oh / Pixabay

La Suisse en a marre que que les espions du monde viennent sur son territoire pour se réunir et faire leurs petites affaires. Depuis des décennies, la Suisse est devenu un véritable lieu de rendez-vous pour les espions. D’un part parce qu’elle est quasiment au centre de l’Europe, mais aussi parce qu’elle fait partie de l’espace Schengen qui permet à un citoyen européen d’entrer dans le pays sans passeport. Cela permet, par exemple, à un espion britannique de rencontre un officier du renseignement algérien pour un échange d’argent avec le liquide qui sera déposé dans un compte suisse. Cette liberté de circulation et ce manque de transparence nuit à la réputation des helvètes depuis pas mal d’année.

En plus de la place centrale et membre de Schengen, la Suisse possède les meilleurs infrastructures de transport et de communications en Europe et en général, le secteur du renseignement apprécie la devise du pays qui est de ne poser aucune question sur les visiteurs à cause de la réputation de la protection de la vie privée du secteur bancaire. Mais la Swiss Federal Intelligence Service (FIS), l’agence de renseignement suisse a tapé du poing sur la table en estimant que les espions devront se trouver un autre endroit de rendez-vous. Dans le journal NZZ, Isabelle Graber, porte-parole du FIS, a déclaré que les choses vont changer radicalement. Après la France, la Suisse a également voté l’équivalent d’une Loi Renseignement qui permet au FIS d’entrer dans des maisons et des hôtels, de mettre des gens sur écoute, de pirater des ordinateurs et d’implémenter une surveillance individuelle sur des personnes qui sont soupçonné d’être des agents de renseignement étrangers.

Avec la croissance affolante du commerce des secrets industriels, la Suisse a été pointé du doigt par plusieurs entreprises et organisations pour faciliter ce type de commerce. De plus, dans un monde géopolitiquement très instable, le monde du renseignement est en effervescence et la Suisse est devenue une destination de prédilection. Toutefois, il serait étonnant que des agents de renseignement se fassent avoir par une Loi Renseignement alors que c’est eux qui l’ont conçu à la base. Tant que la Suisse restera ouverte et neutre, ce sera un pays de choix pour des rencontres loin des yeux indiscrets.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et blogueur dans la vulgarisation scientifique.

Depuis plusieurs années, la science est attaquée de tous les cotés. Les vaccins, les pesticides, les OGM, mais également sur le plan de la politique. Marre d'entendre des âneries sur les médias de masse, j'ai décidé de lancer ce blog pour critiquer tous ces attaques incessantes sur la science. Je parle de l'agriculture comme des lois liberticides ou des pseudosciences.

Je ne prétend pas être un expert dans les domaines et considérez plutôt mes articles comme une opinion éclairée, mais personnelle sur des sujets qui sont souvent assombris par les marchands de peur et la pseudoscience. Mon ton peut être cassant et tranchant, car cette plume canalise une colère souvent justifiée.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *