Tentative d’assassinat de Sergei Skripal, des tueurs professionnels dans les coulisses

La tentative d’assassinat de la famille Skripal qui visait principalement Sergei Skripal, un agent russe qui est un transfuge en  Angleterre, est l’oeuvre de tueurs professionnels. Les indices mènent vers la Russie et ce n’est pas une énième chasse aux sorcière.


Sergei Skripal lors de son arrestation en 2006 en Russie
Sergei Skripal lors de son arrestation en 2006 en Russie

Le dimanche 4 mars 2018, la police de Londres a annoncé que Sergueï Skripal, âgé de 66 ans, et sa fille Yulia ont été la cible d’une attaque par un agent neurotoxique. Sergueï Skripal était un agent russe, devenu un transfuge en Angleterre, après que Moscou ait découvert qu’il vendait des secrets de la Russie aux Anglais. Il a obtenu le statut de transfuge en 2010 et on estimait que Sergueï Skripal a été pardonné par le Kremlin pour ses actions passés. L’échange d’espions a toujours cours entre les Etats-Unis et la Russie. Cette dernière avait libéré Sergueï Skripal avec 4 agents doubles en échange de 10 espions russes, qui agissaient en couverture, aux Etats-Unis. On estime qu’une fois que ce type d’échange est établi, les anciens agents ne craignent plus rien de la part de leur ancien employé.

Une vengeance pour la trahison de Sergei Skripal

Toutefois, c’est juste une convention dans l’espionnage et non une règle absolue. De plus, cette convention est valable uniquement si les anciens agents prennent définitivement leur retraite contrairement à Sergueï Skripal qui a continué à travailler pour le gouvernement britannique. De plus, la Russie n’était pas encline à lui pardonner si les dommages, provoqués par sa trahison, ont pu nuire considérablement au Kremlin.

Les pistes pointent donc vers un assassinat professionnel orchestré par la Russie même s’il est impossible de prouver ce lien. Les assassinats, commandités par un Etat, sont compartimentés à chaque niveau de sorte que les opérateurs et les agents ne connaissent qu’une partie de l’opération et qu’il est donc impossible d’identifier l’Etat commanditaire. Les observateurs estiment que l’agent neurotoxique utilisé contre Sergei Skripal pourrait être du gaz sarin ou du VX et donc, c’est la preuve, selon des médias, qu’un Etat puissant est dans les coulisses.

Un avis d’expert sur les agents neurotoxiques

Selon le Dr Andrea Sella, professeur de chimie inerte de l’UCL : Les agents neurotoxiques sont de petites molécules à base de phosphore qui interfèrent de manière irréversible avec la transmission nerveuse en imitant le neurotransmetteur acétylcholine et en se liant à une enzyme cruciale impliquée dans sa biochimie. En substance, un agent neurotoxique va bloquer le mécanisme qui permet à un nerf de se réinitialiser après qu’un signal a été transmis. Cela provoque un effondrement assez systémique de nombreuses fonctions corporelles. Les symptômes sont en grande partie constants, en particulier la respiration laborieuse et la rigidité musculaire et le fait que certains membres des urgences médicales ont été touchés avec des démangeaisons et des nez qui coulent. Cet agent neurotoxiques aurait été passé par contact avec la peau et vu sa volatilité, il aurait atteint les muqueuses.

De tels agents neurotoxiques ont été utilisés en Corée dans le meurtre du frère de Kim Jon Un. C’est un moyen très risqué d’attaquer quelqu’un et cela montre l’audace de l’attaque.

Le traitement contre ce type d’agent neurotoxique consiste à soutenir la respiration et à administrer des médicaments qui d’une part modèrent le comportement du système nerveux et qui peuvent inverser l’action de l’agent. Il est probable qu’il y aura des problèmes neurologiques à long terme pour une personne qui a été exposée à ces agents.

En dépit de l’extrême toxicité de ces composés, qui serait très dangereuse pour la personne qui attaque, il y aurait très peu de risque pour la population générale, car il n’y a aucun moyen de répandre la substance et il se décomposerait relativement rapidement dans des conditions humides. C’était une attaque très ciblée.

Les agents neurotoxiques ne sont pas des substances qu’on peut fabriquer à la maison. Leur niveau de toxicité est tel qu’ils ne doivent être fabriqués que dans des installations spécialisées. Un problème médico-légal dans cette affaire est d’identifier les impuretés et les résidus qui pourraient fournir des indices quant au processus chimique précis utilisé pour fabriquer le matériau. Il ne fait aucun doute que les autorités chercheront le conteneur utilisé pour livrer le matériel, car le contenu chimique serait une mine d’or. Avec cette information, il pourrait être possible de retracer l’origine de la substance, comme cela a été fait pour l’attaque Khan Sheikhoun en Syrie.

L’oeuvre de tueurs professionnels

Toutefois, cette hypothèse d’un Etat puissant ne tient pas, car les agents neurotoxiques sont très faciles à obtenir. Il faut peu de moyens pour les fabriquer et c’est même pourquoi on les a utilisé massivement pendant la Première guerre Mondiale. De nombreux laboratoires dans de nombreux pays peuvent les fabriquer, mais la question est s’ils oseront le faire, car que soit le sarin ou le VX, ce sont des armes de destruction massive, totalement interdits par les traités internationaux sur les armes chimiques. On n’est pas dans le cas du polonium qui a été utilisé pour tuer Alexander Litvinenko en  2006.

The Independent rapporte que les autorités anglaises sont en train de rechercher activement un réseau de tueurs professionnels, qui travaille ou qui a travaillé pour des Etats dans le passé et il semble que ce soit ce réseau qui soit responsable de l’attaque contre la famille Skripal. D’autres hypothèses suggèrent une manipulation des autorités anglaises pour faire porter le chapeau au Kremlin en utilisant la similarité de l’affaire de Litvinenko.

A qui profite le crime ? Surement pas à la Russie !

Alors que Skripal était en train d’être emmené à l’hopital, les médias britanniques, français et américains ont pointé un doigt vengeur vers la Russie. On aurait même dit que le texte a été appris par coeur tellement le chant de la guerre était identique. Toutefois, on doit toujours se poser la question : A qui profite le crime sur Sergueï Skripal. Surement pas à la Russie.

La Russie a laissé tranquille Skripal pendant presque 8 ans et 10 jours avec l’élection présidentielle de Russie, Kremlin se dirait : Dis donc, pourquoi on n’utiliserait pas un agent toxique pour tuer un de nos traitre en plein coeur de Londres ? Ca ne tient pas du tout et de plus, la Russie va organiser la Coupe du Monde de Footbal en été 2018 et ce n’est pas le genre d’actes qui va redorer l’image du pays. L’hypothèse la plus probable est que l’attaque sur Sergueï Skripal ait été organisée par des cercles euro-atlantistes qui ont des assises à Washington, Londres et Bruxelles. On sait que Theresa May, sous couvert de négocier le Brexit, a été nommé pour le saper si c’est possible. On a une demande de va-t-en guerre de la part de ces cercles atlantistes. Comme  on l’a mentionné précédemment, l’attaque de Skripa a dû être l’oeuvre de professionnels, mais également d’un pays qui possède des installations spécialisées dans les agents neurotoxiques. Pourquoi accuser uniquement la Russie alors que les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne remplissent tous les critères de ce profil.

De plus, Leonid Rink, le créateur du Novichok, le prétendu agent neurotoxique utilisé contre Skripa, estime qu’il est peu probable que ce soit cette substance qui ait été utilisé, car elle est beaucoup plus mortelle que ça. Pour Rink, les britanniques sont derrière ce coup foireux afin d’isoler la Russie. Et le fond du problème est qu’on ne pourra jamais connaitre la vraie identité du commanditaire dans ce type d’attaque et donc, une rumeur est-elle suffisante pour déclencher une guerre avec la Russie. Certains pensent que oui apparemment.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur web depuis 2009 et blogueur dans la vulgarisation scientifique.

Depuis plusieurs années, la science est attaquée de tous les cotés. Les vaccins, les pesticides, les OGM, mais également sur le plan de la politique. Marre d'entendre des âneries sur les médias de masse, j'ai décidé de lancer ce blog pour critiquer tous ces attaques incessantes sur la science. Je parle de l'agriculture comme des lois liberticides ou des pseudosciences.

Je ne prétend pas être un expert dans les domaines et considérez plutôt mes articles comme une opinion éclairée, mais personnelle sur des sujets qui sont souvent assombris par les marchands de peur et la pseudoscience. Mon ton peut être cassant et tranchant, car cette plume canalise une colère souvent justifiée.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *